Leral.net - S'informer en temps réel

Guy Marius Sagna : « L’État néocolonial ne parvenant pas à éteindre ce feu que 39 jours après»

Rédigé par leral.net le Dimanche 31 Janvier 2021 à 00:36 | | 0 commentaire(s)|

Guy Marius Sagna : « L’État néocolonial ne parvenant pas à éteindre ce feu que 39 jours après»
Le leader du mouvement Frapp France-Dégage n’est pas emballé par la volonté du Chef de l’Etat de créer une industrie pharmaceutique nationale. Pour Guy Marius Sagna qui se dit choqué de la posture de Macky Sall, l’urgence, c’est de payer les 300 travailleurs de l’entreprise Médis Sénégal mis à la porte et qui courent derrière 12 mois de salaires. Par ailleurs, l’activiste a appelé à une mobilisation générale afin d’anticiper sur les risques liés à l’exploitation pétrolière et gazière.

Suite à sa déclaration tenue en Conseil des Ministres du mercredi dernier, le président Macky Sall s’est attiré la foudre des activistes. En effet, selon le leader du Frapp France-Dégage, l’impératif de consolider une industrie pharmaceutique nationale résiliente, afin de garantir la souveraineté durable du Sénégal sur certains médicaments, produits et équipements de première nécessité, que prône le Chef de l’Etat n’est que du cinéma. «Le FRAPP est choqué par la déclaration et l’attitude irresponsable du médecin après la mort qu’est le président Macky Sall qui est resté sourd pendant 14 mois aux appels du FRAPP sur la question de Médis Sénégal», indique l’activiste qui rappelle que depuis des mois, le FRAPP demande, aux côtés des travailleurs, la nationalisation de Médis Sénégal et le paiement des 300 travailleurs de Médis sans salaire depuis plus de 12 mois. 

Mieux, pour le FRAPP, si le Président Maky Sall a une réelle volonté politique de créer une industrie pharmaceutique nationale, qu’il commence d’abord par nationaliser l’institut Pasteur, nationaliser et rouvrir Médis Sénégal et payer les 300 travailleurs mis à la porte. Pour mettre en œuvre cette volonté politique, le FRAPP interpelle Macky Sall : «Pourquoi le Sénégal ne peut faire comme Cuba, un pays sous embargo depuis plus de 50 ans, avec une population inférieure à celle du Sénégal, avec moins de ressources naturelles, et qui a 65 écoles médicales qui forment des médecins, des infirmiers et techniciens scientifiques de qualité dans le domaine de la biologie médicale etc. ? Pourquoi le Sénégal ne peut faire comme Cuba que nous avons vu aller au SECOURS de l’Italie pays membre du G7 de l’Union européenne et de l’OTAN ?» 

Abordant la lenteur notée dans l’opération d’extinction du puits de gaz qui a pris feu dans la localité de Ngadiaga, Guy Marius Sagna et ses camarades ont dénoncé la faiblesse de l’Etat. «39 jours pour éteindre le feu d’un puits de gaz dans la localité de Ngadiaga. Voilà la prouesse réussie par l’État néocolonial du Sénégal», se désolent-ils avant de s’inquiéter quant aux perspectives de l’exploitation du pétrole, du gaz». 

A cet effet, le FRAPP a invité les citoyens à se mobiliser afin d’éviter le syndrome Ngadiaga qui est, à ses yeux, caractérisé par l’insécurité, les violations manifestes des droits des populations et des militants populaires. «Cerise sur le gâteau, les populations deNgadiaga sont sur une bombe gazière qui peut s’enflammer n’importe quand et menacer la vie des populations avec la mort d’un gendarme. 

 « L’État néocolonial ne parvenant pas à éteindre ce feu que 39 jours après», s’inquiète Guy Marius Sagna qui invite les gendarmeries de Mboro, de Tivaouane, d’arrêter de harceler les jeunes de Ngadiaga par des arrestations, des menaces dont le seul crime est d’exiger une gestion démocratique du gaz de Ngadiaga. « À Diogo où le zircon est exploité, 55 travailleurs ont été jetés à la rue par les français d’Eramet comme pour dire que dans les zones où l’on exploite des ressources naturelles, les droits des travailleurs ne sont pas respectés », signale l’activiste. 

Sur un autre registre, le FRAPP a exprimé toute sa solidarité aux travailleurs et populations des différentes villes que le Président Macky Sall veut supprimer pour des raisons, dit-il, purement électoralistes. «Si le Président Macky Sall a un problème avec Taxawu Sénégal, ce n’est pas le problème des travailleurs et des populations des villes. Le FRAPP sera aux côtés des travailleurs et des populations pour refuser ce forfait », se révoltent les activistes. 

Non sans ajouter qu’il est honteux que le ministre Oumar Guèye, qui a été témoin de la mort d’un homme par le fait d’un simple découpage chez lui soit celui dont le nom sera tristement retenu aux côtés des Ezzan, Sada Ndiaye car, dit-il, utilisé pour la basse besogne politicienne de cette suppression illégale et inopportune.  Par ailleurs, Guy Marius Sagna et ses amis ont exigé de nouveau la libération de Boubacar Sèye. 



Source : https://www.exclusif.net/Guy-Marius-Sagna-L-Etat-n...


Titre de votre page Titre de votre page