leral.net | S'informer en temps réel

Implosion à Yewwi Askan Wi : On tente de sauver les meubles…


Rédigé par leral.net le Samedi 14 Mai 2022 à 11:00 | | 2 commentaire(s)|

Retournement de veste ou simple compréhension des enjeux ? Le moins que l’on puisse dire, la position des frustrés par les investitures au sein de Yewwi Askan Wi (YAW), laisse perplexe plus d’un.

En conférence de presse hier, la bande à Cheikh Bamba Dieye du FSD/BJ et compagnie réaffirme son ancrage dans la coalition de l’opposition YAW. Cela, malgré les diatribes et autres cris à la trahison proférés contre Ousmane Sonko du Pastef et Khalifa Sall de Taxawu Sénégal.

Pour rappel, après la publication des listes officielles de candidatures, des responsables politiques de ladite coalition, qui n’ont pas apprécié les investitures de YAW, s’en étaient violemment pris aux leaders politiques cités ci-dessus.

Il s’agit l’AG/Jotna de maître Moussa Diop, le Parti Nouvelle Génération de Mamadou Lamine Thiam, l’Appel 3J de Aminata Lo Dieng, Bess du Ñak de Serigne Mansour Sy, CREDI du professeur Hamidou Dathe, FPRS de Djibril Diop, FSD-BJ de Cheikh Bamba Dieye, SET de Moustapha Mamba Guirassy, PARE SUXXALI SENEGAL de Abdou Karim Fall, informe "Sud Quotidien".

Ils avaient accusé Ousmane Sonko et Khalifa Sall d’avoir fait preuve d«’esprit partisan » et de « calculs politiciens » durant la confection des listes de candidature pour les joutes à venir. Enfonçant le clou, ils les avaient accusé de trahir les fondements de leur organisation, ou encore de violation des principes de transparence lors de cet exercice. Ces frustrés étaient même allés jusqu’à s’inquiéter de la capacité de Sonko et Khalifa, une fois à la tête du pays, de « mettre en œuvre les attentes légitimes du peuple sénégalais pour que l’équité, le mérite et la compétence soient au cœur de la gouvernance publique ».

La déclaration du jour des frustrés de YAW, même si ces derniers persistent dans la dénonciation de ce qui s’est passé, réclament des comptes à la Conférence des leaders de YAW et exigent le respect de la charte signée lors du lancement de la coalition, renseigne si besoin en est, une prise de conscience des enjeux de l’heure. Un éclatement de la coalition positionnée comme la première de l’opposition, au terme des élections locales dernières, ouvrirait un boulevard au régime en place. Surtout que des ambitions de briguer un troisième mandat sont prêtées au chef de l’État, Macky Sall.

Cette sortie pourra-t-elle recoller les morceaux ? Quid de la confiance au sein de cette coalition ? Mystère et boule de gomme. L’avenir nous le dira.

Ndèye Fatou Kébé

Titre de votre page Titre de votre page