leral.net | S'informer en temps réel

Jérusalem capitale d'Israël: Après avoir menacé Trump de représailles, Baye Mamoune Niass marche sur Dakar


Rédigé par leral.net le Dimanche 24 Décembre 2017 à 17:43 | | 0 commentaire(s)|

Le guide religieux Serigne Ibrahima Niass dit Baye Mamoune a entamé une marche qui part du village de Kossi (Kaolack) jusqu’ à l’ambassade de la Palestine à Dakar pour protester contre la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme étant la capitale d’Israël, a appris l’Agence de presse sénégalaise.

"La journée du Qods célébrée, chaque année, en est une parfaite illustration. Trump est en train de faire une erreur monumentale. En tant que musulman, je déplore une telle décision qui va à l’encontre des normes internationales et des préceptes de l’Islam. Donald Trump a emprunté le mauvais chemin et s’il ne recule pas, il paiera dans un futur proche les pots cassés, je le jure devant Dieu", avait prévenu ce petit fils de Baye Niasse, lors d’une conférence de presse, menaçant d’écourter le mandat de son administration.

" Ils ont leurs armes, mais nous, nous avons le Coran et nos chapelets. Je le jure devant Dieu, Donald Trump va traverser le désert, en imposant son diktat à Jérusalem. C’est un provocateur dans l’âme, mais je n’ai aucun doute qu’il regrettera amèrement sa décision", a-t-il menacé.

Accompagné depuis Kossi, son village de retraite spirituelle, par quelques-uns de ses fidèles, Baye Mamoune Niass a fait une escale à Fatick, ce dimanche, après l’étape de Kaolack.

’’A travers cette marche je cherche à manifester ma colère, la colère de la Oumah islamique contre la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël’’, a-t-il expliqué au cours de sa rencontre avec la presse.

’’Après Fatick nous allons continuer notre marche vers Dakar plus précisément à l’ambassade de Palestine à Dakar, étape ultime de notre itinéraire’’, a ajouté le guide religieux tout de blanc vêtu.

’’Donald Trump a, par cette décision, attaqué la Oumah islamique. Nous l’invitons à revenir le plus rapidement possible sur cette décision’’, a encore souligné le fils aîné du défunt parte-parole de la communauté Niassène de Kaolack, Serigne Mamoune Niass.

Baye Mamoune Niass qui ne compte pas mener seul ce combat sur l’importance et le respect dû à la religion islamique envisage d’aller à la rencontre des autres foyers religieux.













Hebergeur d'image