leral.net | S'informer en temps réel

LANCEMENT PROJET « ECOFRIDGES » DE LA CEDEAO: Le Sénégal choisi comme pays-pilote dans l’espace francophone

Le projet « Ecofridges », initiative de la Cedeao sur les réfrigérateurs et les climatiseurs, dont l’objectif est de promouvoir des équipements de froid efficaces en énergie et respectueux de l’environnement, a été lancée, jeudi, à Dakar. Le Sénégal a été choisi comme pays pilote pour les pays francophones, le Ghana pour les pays anglophones.


Rédigé par leral.net le Mercredi 15 Mai 2019 à 13:56 | | 0 commentaire(s)|

Un réfrigérateur est généralement le premier appareil que les familles achètent lorsqu’elles ont accès au réseau électrique. Au Sénégal, environ 100.000 réfrigérateurs sont achetés chaque année.

Cependant, les équipements sont énergivores et ont donc une grande incidence sur la hausse des besoins en électricité et causent des dommages importants à l’environnement. Sans compter qu’ils coûtent beaucoup plus cher aux consommateurs, en raison de factures d’électricité plus élevées.

Forte de ce constat, la Cedeao a décidé de lancer le projet « Ecofridges » qui découle de l’initiative de l’Amendement de Kigali sur l’efficacité énergétique dans le secteur de la réfrigération et de la climatisation et qui promeut des équipements de froid efficaces en énergie et respectueux de l’environnement.

Pour la mise en œuvre, le Sénégal a été choisi comme pays-pilote pour les pays francophones et le Ghana pour les pays anglophones. C’est dans ce cadre que le projet a été officiellement lancé jeudi, à Dakar.

Au Sénégal, «Ecofridges» sera déroulé dans une dynamique partenariale, impliquant la Direction de l’Environnement et des Etablissements Classées (Deec), l’Agence pour l’Economie et la Maîtrise de l’Energie (Aeme) et le Programme « United for efficiency « d’Onu-Environnement. Il a, entre autres objectifs, de permettre aux ménages sénégalais d’adopter des modèles énergétiques efficaces, de contribuer fortement à la baisse de la demande d’énergie au Sénégal et de réduire la production de gaz à effet de serre.

Selon le Directeur adjoint de la Deec, Cheikh Fofana, le projet « Ecofridges » va renforcer le dispositif déjà existant au Sénégal, pour introduire sur le marché sénégalais des appareils de froid économes en énergie et écologiques. A cet effet, a-t-il ajouté, «Ecofridges apportera tout le dispositif nécessaire pour assurer le contrôle et la validation des appareils à travers le laboratoire d’essai qui sera mis en place. Il assurera également une gestion rationnelle des déchets par le recyclage des appareils usagés et les fluides frigorigènes saturés, ainsi que le renforcement des capacités des frigoristes».

Au regard de tout ce qu’il propose, le projet Ecofridges», aux yeux du Directeur général de l’Aeme, « marque des avancées vers une nouvelle approche innovante pour la promotion d’équipements énergétiques performants et donne un élan certain à la volonté de l’Etat dans sa dynamique d’améliorer l’efficacité énergétique dans le pays ». Et Birame Faye de faire remarquer que «Ecofridges» est en parfaite articulation avec trois des programmes phares de l’AEME : l’étiquetage énergétique et la diffusion d’équipements performants ; les mécanismes financiers incitatifs et le cadre réglementaire, normatif et de contrôle de qualité.

« Avec les études réalisées, une opération d’amélioration de l’efficacité énergétique de ces équipements qui porterait sur 50.000 réfrigérateurs, permettrait, à titre indicatif, de mobiliser jusqu’à 38,5 Gwh annuels d’économie d’énergie. Ce qui correspond à près de 4,196 milliards de Fcfa de baisse sur les dépenses annuelles d’électricité », a révélé le Dg de l’Aeme.

Comme pour souligner l’importance du projet, le Secrétaire général du Ministère du Pétrole et des Energies, Adama Diallo, indique que les équipements de froid alimentaire tels que les réfrigérateurs, représentent en moyenne 19,08 % des consommations finale d’électricité. Il ajoute que dans le secteur résidentiel qui tire, en 2018, 43,2 % des consommations d’électricité du pays, le poids de ces équipements dans les consommations finales est plus important et va jusqu’à 22,13 %.

M. Diallo est persuadé que « si le Sénégal réussit le pari du changement de la structure du marché des équipements de froid alimentaire, toute la population va en tirer profit car ayant des répercussions directes sur les dépenses d’électricité de tout un chacun ». Quid du choix porté sur le Sénégal pour lancer ce projet, dans l’espace francophone ? Brian Holuj, Administrateur du Programme à Onu-Environnement indique que c’est parce que le Sénégal traîne une bonne réputation en général et mène une politique ambitieuse en matière d’économie et de maîtrise de l’énergie.
 



Cliquez-ici pour regarder plus de videos