Leral.net | S'informer en temps réel
7 B

La tentative inquiétante de Trump de redéfinir les droits de l'Homme

Rédigé par le 13 Juillet 2019 à 11:33

Que l'administration Trump mette en place une "Commission des droits inaliénables" chargée d'examiner le sens des droits de l'Homme, comme ce mois-ci, ressemble un peu à la création par l'Arabie saoudite d'une commission sur la démocratie multipartite ou d'une commission de la Corée du Nord sur les moyens de mettre fin à la famine. Ce serait hilarant si ce n'était pas si inquiétant.


La tentative inquiétante de Trump de redéfinir les droits de l'Homme


Le secrétaire d’État, Mike Pompeo, a annoncé que l’administration «prend au sérieux les idées des fondateurs sur la liberté individuelle et le gouvernement constitutionnel». Il l’a fait la même semaine, alors que le président Trump avait démontré, une fois de plus, son mépris pour la Constitution, en tweetant qu'il quitterait ses fonctions «dans six ans, ou peut-être dix ou quatorze ans (je plaisante)».

Ha-ha.

Régner à vie est une de ces idées. Trump continue à s'injecter dans le subconscient national - comme une blague, bien sûr . Le président opère selon un schéma aussi insidieux: la corruption par la répétition.

Dans le même discours sur Twitter, Trump s’appelait «un vrai génie stable». Désormais, le génie en chef, par l’intermédiaire de son secrétaire d’Etat, a déterminé que le moment était venu de passer au crible les revendications relatives aux droits de l’Homme et, selon les termes de Pompeo, ont le droit de gagner le respect. "

Les autocrates du monde entier, du Russe Vladimir Poutine au Chinois Xi Jinping, considèrent depuis longtemps les groupes de défense des droits humains, comme des chevaux de Troie pour un agenda démocratique libéral. C'est une tentative de détourner l'attention de leurs violations flagrantes des droits de l'Homme. Il semble maintenant que les États-Unis de Trump se préparent à rejoindre le club des sceptiques des droits de l'Homme. Un désaveu plus complet de ce que l'Amérique a représenté depuis qu'Eleanor Roosevelt a présidé la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l'Homme en 1948, est difficile à imaginer.

Rappelez-vous que c'est l'administration qui a toujours relégué les droits de l'Homme dans sa politique étrangère sans valeur; dans l'assassinat et le démembrement du chroniqueur du Washington Post, Jamal Khashoggi, aucune raison de réprimander le prince héritier Mohammed bin Salman; a embrassé le dictateur nord-coréen Kim Jong-un; félicité tout autocrate en dehors de l'Iran et du Venezuela; et séparé les enfants migrants de leurs familles pour les enfermer dans des camps effroyables.