leral.net | S'informer en temps réel

Lamine Coulibaly alias Abou Jafar nie ses aveux d’avoir été dans le fief de Boko Haram et d'avoir rencontré Shekau

Comparaissant, hier, devant la Chambre criminelle, Lamine Coulibaly alias Abou Jafar a botté en touche les accusations portées à son encontre. Pourtant, selon ses déclarations mentionnées dans le procès-verbal établi par les enquêteurs, il avait déclaré avoir été dans le fief de Boko Haram et avoir même rencontré Aboubakar Shekau. Mieux, il a soutenu avoir subi une formation militaire et au maniement des armes à savoir la Kalachnikov, la roquette Dk/Mk et qu’il s’est battu contre l’armée nigériane.


Rédigé par leral.net le Mardi 24 Avril 2018 à 12:47 | | 0 commentaire(s)|


Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Les jours passent et souvent se ressemblent dans le procès des présumés djihadistes. Appelé hier à comparaître devant la Chambre criminelle, Lamine Coulibaly alias Abou Jafar a réagi comme plusieurs de ses coaccusés, en niant les faits et rejetant totalement les déclarations consignées dans le procès-verbal d’enquête. Pour tous les chefs d’accusation, il a contesté vigoureusement.

Agé de 25 ans, l’accusé, qui se dit étudiant en arabe, est revenu sur les circonstances de son arrestation et a donné des détails sur son histoire avec Boko Haram, devant les enquêteurs. A l’en croire, il a été interpellé en Mauritanie où il avait rejoint son ami et actuel co-accusé Mouhamed Ndiaye. Lamine Coulibaly soutient avoir séjourné au Nigéria pour apprendre le Coran. Pour son voyage au Nigéria, c’est son complice présumé Ibrahima Diallo, qu’il a connu dans une mosquée à Yoff, qui lui avait payé le billet. Mais il y a un certain Moustapha Faye qui est le véritable financier et qui a payé aussi pour Mody Tall et la 3e épouse de Matar Diokhané, Maïmouna Ly, qui étaient tous du voyage. Le transport était de 150.000 francs pour chacun.

Ils sont passés par le Mali, le Burkina Faso, puis le Niger précisément Zinder avant d’arriver à Diffa au Nigeria. Ibrahima Diallo et Ibrahima Ba ont été laissés à Niamey. S’agissant des réunions tenues à Rosso et au Lac Rose, en 2012, Lamine Coulibaly a juré n’y avoir pas participé. Poursuivant, il explique qu’ils se sont rendus à Abadame avec Mactar Diokhané, Oumar Yaffa, Ibrahima Diallo, Mouhamed Ndiaye, Ibrahima Ba et Mody Tall, y passant 5 jours à réviser des leçons de Coran. Ensuite, ils sont allés à Fatkhul Mubine et Simbissa, alors que Matar Diokhané était resté à Abadame. Avec Mouhamed Ndiaye, Oumar Yaffa, Ibrahima Ba, Ibrahima Diallo, Ibrahima Mballo, ils voulaient rentrer au Sénégal.

Hier, celui qui se fait appeler Abou Jafar a nié avoir tenu tous ces propos. Selon lui, il a été torturé par les limiers de la Division des investigations criminelles (Dic). Le juge lui rappelle alors ces autres détails donnés dans le procès-verbal. Il y a soutenu qu’ils ont été arrêtés au Nigéria et que Moustapha Faye y a laissé sa vie suite à des sévices corporels. Poursuivant, il ajoute que l’ambassadeur du Sénégal leur avait même rendu visite lorsqu’ils étaient entre les mains de dame justice. Et selon lui, c’est Mouhamed Ndiaye et Mamadou Ba qui l’ont convaincu d’aller en Libye pour faire le djihad.

S’inscrivant dans une logique de dénégation, Lamine Coulibaly a encore botté en touche, accusant les enquêteurs. Les débats se poursuivant, Lamine Coulibaly a été interpellé sur un autre paragraphe du procès-verbal où il dit qu’après la prière à la mosquée de leur quartier, son cousin Abdallah Coulibaly et Ibrahima Ba parlaient souvent avec lui de djihad. Aussi, il ajoute qu’il est devenu radical du fait de la présence de certaines personnes dans cette mosquée, à savoir Ibrahima Ba, Moustapha Sow et de Zaid Ba décédé en Libye.

Toujours dans le procès-verbal, il a déclaré avoir subi une formation au maniement des armes tout en précisant que sa spécialité c’était la Kalachnikov, roquette fusil Dk /Mk. Poursuivant, il ajoute qu’il y avait sur les lieux des chars de combat appelés «Aynou Kuntum», qui signifie "où étiez-vous ?".

Mieux, le juge lui rappelle ses propos tenus devant le juge d’instruction où il déclare, devant son avocat Me Abdoul Daff, avoir rencontré le chef de Boko Haram, Aboubacar Shekau. Et qu’à Fatkhul Mubin, il a trouvé Abou Zoubeyda, Zukilfli, Moustapha Faye.







Les Echos