leral.net | S'informer en temps réel
Mercredi 25 Avril 2018

Le téléphone portable, un intrus dans les relations de couples : Avec sa fonction destructrice, il occupe la centralité des actions


Le téléphone portable, un intrus dans les relations de couples. Autrefois, utile et très prompt à faciliter la cohabitation, la coopération et le partage des meilleurs moments de jouissance. Le téléphone, accentuant la solidité des relations interpersonnelles, offrait la possibilité d’unir les cœurs des amoureux. Il raffermissait les relations humaines pour le bien et le pire. Aujourd’hui, avec sa place de centralité dans les actions, dans les échanges, ce même outil remplie une fonction destructrice. Il contribue dès fois, à la déstabilisation des relations, tout en installant un cafouillage, allant dans le sens de créer un vide, une solitude. Enquête …



La vie des hommes est suivie le plus souvent de mouvements, d’évolutions sarcastiques. Elle est rythme par des considérations, parfois exagérées, aboutissant à des situations de ruptures. Dans les relations de couples, cet intrus, pas des moindres, intègre la sphère de passions et de jouissance. Il impose souvent son diktat à son conjoint. Et, ces personnes unies, dans liens solides de mariage ou de copinage perdent souvent le nord, pour trébucher dans un univers de haine ou de rancune. Il arrive que l’un des partenaires, sous-estimant un message téléphonique, se retrouve face à un destin terrible.
 
Ainsi, certaines femmes, profitent souvent de la mégarde du mari pour consulter en privé ses messages téléphoniques. Alors, un simple message, le moins attendu possible, pourrait tout bouleverser. Cette femme curieuse ou soupçonneuse de son conjoint, accro au téléphone, tombe de temps à temps, à la renverse. « Mon mari me testait. Il avait acheté une nouvelle puce téléphonique. Il m’envoyait des messages d’amour, très explicitement sur une éventuelle relation extraconjugale. Il voulait juste voir, mes réactions, mon degré de fidélité. Faisant semblant de découvrir les premiers messages, il a commencé à proférer des menaces. Il en a fait toute une histoire pendant des moments», se souvient Dieyna, après deux ans de mariage.
 
Nuits noires
 
 La halpular, traditionnellement habillée, avec ses rondeurs, enveloppées dans une forme généreuse, se disait éprise d’un amour impeccable pour son prince charmant. « J’ai traversé cette phase, en ayant des nuits noires. Je ne savais pas qui pourrait avoir l’audace de perturber mon ménage. Alors que je commençais juste, à profiter des délices de mon union avec mon mari. En vrai scénariste, il m’a mis en quarantaine, tout en intensifiant ses messages. J’ai failli perdre la tête. Et, toute explication fournie, semblait accroître sa détermination à me briser. Sa haine va crescendo au quotidien. Il change de nature. Je doutais vraiment, si c’est la même personne attentive, très disponible à satisfaire mes attentes qui est toujours là devant moi», narre Dieyna.
 
L’expérience de cette dernière, une nymphe, à vrai dire une perle rare avec ses grains de beauté au-dessus du nez, reste valable dans beaucoup de relations de couples ou de fiançailles. La sincérité des relations battent souvent de l’aile. Elle laisse la place à une gymnastique, très insipide dans le fonds. L’incompréhension entre dans la danse pour faire vaciller l’équilibre et l’harmonie. Et, à la place les câlins, les caresses, les mots doux, les chuchotements… s’envolent. Une fois ce tourbillon s’installe, il va commencer à pleuvoir les coups bas, « l’enfer », le rejet et la désapprobation. L’aimé devient haïssable, détesté ou même vomi en un laps de temps.

Certains, prétextant la découverte de nouveaux sms, avec le portable de la nouvelle partenaire, imposent un retrait stratégique. Ils installent la guerre froide pour s’éloigner ou disparaître pour de bon. Alors, le téléphone, tout en restant un outil incontournable, déstabilise et cause trop de dégât aux couples. Les hommes, avec l’effet du téléphone, se disant très amoureux, perdent souvent le contrôle. Motif, une découverte surprenante, un appel pas du tout attendu d’un ex-copain ou d’une ex-copine se signale.
 
Souvent, visage renfrogné, mine moins bien reluisante que d’habitude, l’homme ou la femme change du jour au lendemain son caractère habituel. Il ou elle, n’hésitant point à venger sa mésaventure, tout en devenant subitement méconnaissable. Et, le risque de dérives peut être démesuré, dépassant même les limites de la riposte. Une réaction subite et parfois brutale qui frise souvent le ridicule, pour rester gravé à jamais dans la mémoire. Même s’il y a de la place pour le pardon ultérieurement. Comme disait l’adage, « une cicatrice évoquera toujours des souvenirs après la plaie ». Chaque regard, braqué dessus, fera défiler le vécu cauchemardesque d’un temps de l’histoire.



 
O WADE Leral



Titre de votre page Titre de votre page