leral.net | S'informer en temps réel

Législatives du juillet 2022 : La vie d’abord ! Le parrainage, une bombe à retardement pour défaut de préparation (par Daby Pouye)

Chaque rejet de candidature est un recul de la démocratie et un reflet d’une impréparation des autorités étatiques ou du moins, d'un défaut d’anticipation concernant les modalités d’encadrement du système des parrainages. Même si la volonté de construire un Sénégal nouveau est là, le manque de vision entraîne un fonctionnement à l’aveuglette qui, non seulement, crée des frustrés qui viendront alimenter le rang des laissés-pour-compte, mais aussi renforce la suspicion sur un État dont l’autorité est mise à mal par le pouvoir des images.


Rédigé par leral.net le Vendredi 13 Mai 2022 à 11:09 | | 0 commentaire(s)|

La population sénégalaise très démunie ne sait plus à quel saint se vouer et navigue dans un chisme entre monde réel et monde virtuel. Dans ce méandre dans lequel tous les fantasmes sont permis, il est important pour l’État de se rendre compte du degré de toxicité de certaines pratiques à viralité exponentielle.

Si la population, suspicieuse sur la sincérité du politique, pense à tort que le parrainage est une occasion de «reprendre financièrement une partie de ce qu’on lui doit», ce n’est pas de sa faute. C’est tout simplement une faiblesse dans la mise en place d’un système qui se voulait moyen de renforcement de la démocratie.

Le manque de vision fait que nous sommes encore dans une logique sectorielle et partisane, qui ne permettra pas un développement harmonieux de notre pays. Les partis, mouvements, coalitions qui voient leurs parrainages rejetés, sont autant de preuves d’un manque de mise en avant de l’intérêt du Sénégal et des Sénégalais. Il ne s’agit pas de dénoncer et de se cantonner dans un rôle d’opposition destructrice.

Il s’agit de réunir toutes les bonnes volontés pour que, tous ensemble, nous puissions, en toute transparence, proposer des solutions, pour qu’enfin, les actions entreprises se fassent dans l’intérêt du Sénégal, en dehors de toute forme de clientélisme. Nous avons démocratiquement les moyens d’exiger une concertation nationale.

Alors, au lieu de partir dans un ordre dispersé, posons des actes pour un Sénégal meilleur. Il est temps de mettre en avant les intérêts du Sénégal et uniquement, ceux de notre pays. Vive un Sénégal nouveau dans une Afrique forte.


Daby Pouye, président du mouvement Sopp Sénégal
E-mail : daby.pouye@gmail.com






Tribune


Titre de votre page Titre de votre page