leral.net | S'informer en temps réel

Lenteurs administratives, état d’avancement, arrestations tous azimuts… : Le G7 exige la démission de Mariama Sarr

Les syndicats des enseignants regroupés autour du G7, exigent la démission de Mariama Sarr du ministère de la Fonction publique. Ils lui reprochent d’avoir mis sous le coude les dossiers relatifs à l’état d’avancement des enseignants et des lenteurs administratives. Par ailleurs, ils exigent la libération sans délai, des enseignants arrêtés lors des évènements nés de l’arrestation de Ousmane Sonko.


Rédigé par leral.net le Samedi 20 Mars 2021 à 08:58 | | 0 commentaire(s)|

Lenteurs administratives, état d’avancement, arrestations tous azimuts… : Le G7 exige la démission de Mariama Sarr
Face aux lenteurs administratives et à l’immobilisme dans la gestion de la carrière des enseignants, les syndicalistes du G7 sont montés au créneau pour exiger la démission pure et simple de Mariama Sarr du ministère de la Fonction publique.

Face à la presse, Saourou Sène et ses camarades ont dénoncé le mutisme de Mariama Sarr sur les différents protocoles d’accord signé avec l’Etat.

«Nous ne pouvons plus continuer à vivre la situation des lenteurs administratives. Le ministre de la Fonction publique ne travaille pas. C’est la raison pour laquelle les lenteurs administratives se sont accentuées au niveau de son bureau», a soutenu Saourou Sène, qui ajoute que le Président Macky Sall s’était engagé devant les syndicats du G7, à aller vers des travaux qui proposent un système de rémunération durable et équitable. Une décision qui tarde à être appliquée par Mariama Sarr.

Pour les enseignants du G7, la crise sanitaire ne saurait justifier le défaut de matérialisation de ces accords. Par conséquent, ils exigent l’apurement du passif social avec les syndicats. Ils demandent également que le système de rémunération soit définitivement adressé.

«D’autant que c’est l’Etat qui s’était engagé à ne plus toucher le régime indemnitaire avant sa correction », indiquent Saourou Sène et Cie, qui estiment que l’immobilisme dans la gestion de la carrière des enseignants, commande le limogeage sans délai du ministre de la Fonction publique.

Exigeant le paiement des indemnités des examens professionnels, le G7 reste ferme quant à la matérialisation de tous les points desdits protocoles qui ne le sont pas encore.

Sur un autre registre, Saourou Sène et ses camarades dénoncent les intimidations, les harcèlements et menaces de mort consécutives aux propos diffamatoires du directeur de la Formation et de la Communication du ministère de l’Education Nationale (Men), Mohamed Moustapha Diagne.

Ce dernier, fulminent-t-il, a soutenu que « les élèves qui ont arrêté les cours et manifesté, ont été instrumentalisés par les enseignants. Son irresponsabilité est aujourd’hui la cause d’appels au meurtre contre les enseignants dans certaines localités du pays ». Pour les syndicalistes, les autorités seront tenues pour responsables de toute atteinte à l’intégrité de leurs collègues.







L’As



Cliquez-ici pour regarder plus de videos