leral.net | S'informer en temps réel

Les commerçants de Thiaroye Gare et autres impactés par le TER: «Nous sommes prêts à y laisser nos vies si...»

Après plusieurs reports, le Train express régional (Ter) sera mis en circulation le 27 décembre prochain. Mais ce projet socio-économique d'envergure continue de créer des frustrations et des mécontentements. Les commerçants du marché Thiaroye Gare impactés par les travaux du Ter, sont dans tous leurs états.


Rédigé par leral.net le Jeudi 23 Décembre 2021 à 09:13 | | 0 commentaire(s)|

Les commerçants de Thiaroye Gare et autres impactés par le TER: «Nous sommes prêts à y laisser nos vies si...»
Hier, ils ont tenu un point de presse pour avertir les autorités qu'ils n’accepteront pas que le train commence ses rotations s'ils ne sont pas recasés.

«Nous sommes prêts et déterminés à y laisser nos vies. Le jour-j, nous allons investir la voie ferrée et la gare de Thiaroye. Il est hors de question que le Ter commence ses rotations sans que nous ne soyons recasés. Nous avons été déguerpis en 2018, depuis lors, nous sommes dans le désarroi total», peste Ngagne Amar.

Selon le président du Collectif des jeunes commerçants impactés, les autorités étatiques et l'Apix avaient promis de construire un centre commercial d'un coût de 7 milliards FCfa, mais les travaux sont très en retard. «Depuis plus dix-huit (18) mois, les travaux sont bloqués. Nous ne savons pas ce qui se passe. Si les autorités veulent inaugurer leur Ter, elles n'ont qu'à d'abord nous recaser. Car, trop c'est trop», ajoute-t-il.

Ces commerçants sont au nombre de 2500 à être concernés par cette situation. Ibrahima Ngom, très amer, en veut au Directeur général de l'Apix, Mountaga Sy.

«Il est la source principale des problèmes que nous vivons aujourd'hui. Puisqu'il ne respecte jamais ses engagements, nous allons lui montrer que cette situation ne peut plus continuer. Avec nous, responsables, à savoir Mamour Thiam et Moussa Wade, nous allons nous opposer à toute mise en rotation du Ter. Nous invitons le président de la République Macky Sall à intervenir pendant qu'il est temps», cogne le vieux commerçant Ibrahima Ngom.

Le Collectif national des Impactés du Ter réclame à l’Etat une enveloppe de 50 milliards en guise d’indemnisation

La colère est générale chez les impactés des travaux du Train express régional (Ter). Le Collectif national des impactés du Ter réclame à l’État 50 milliards FCfa. Selon la vice-présidente du Collectif national des impactés du Ter, cette enveloppe représente leurs indemnisations.

«Jusqu’au moment où nous vous parlons, la situation des impactés est toujours catastrophique. À Dakar par exemple, nous dénonçons avec fermeté la non application des parts. Apix a foulé des pieds tout ce que l’État avait signé avec les banques, à propos des parts. Ce qui est inadmissible», s’indigne Mme Guèye, Fatou Dione. Le collectif regroupe plus de 2000 personnes.

«Nous galérons depuis 5 ans. Nous sommes exténués par la location. Nous réclamons à l’État 50 milliards qui représentent nos indemnisations. Le jour de l’inauguration, nous allons nous faire remarquer à notre manière», dit-elle.

Primes de vulnérabilité, accompagnement social, site de recasement…, les autres difficultés à régler

Les difficultés à régler avant le démarrage des rotations du Ter sont nombreuses.

Face à la presse hier après-midi, le Collectif des impactés du Ter dirigé par Macodou Fall a interpelé le Président Macky Sall sur ses préoccupations. Elles se résument au paiement des primes de vulnérabilité, à l’accompagnement social, au respect des engagements pris en ce qui concerne le site de recasement.

«Le Train express régional sera inauguré dans un contexte difficile pour nous. Car nous courons toujours derrière la satisfaction de nos doléances citées plus haut», cogne Mamadou Diaba. Le coordonnateur de la zone de Mbao invite le président de la République à refuser de faire rouler le Ter sur une panoplie de difficultés des impactés.






Tribune


Titre de votre page Titre de votre page