leral.net | S'informer en temps réel

« Les flux de migration entre le Sénégal et le Maroc vers les îles Canaries, atteignent un niveau record » (Euromed droit)


Rédigé par leral.net le Lundi 23 Novembre 2020 à 14:00 | | 0 commentaire(s)|

« Les flux de migration entre le Sénégal et le Maroc vers les îles Canaries, atteignent un niveau record » (Euromed droit)
« Depuis plusieurs mois, à l’image des évènements de 2006, les flux de migration entre le Sénégal et le Maroc vers les îles Canaries atteignent un niveau record. En date du 15 novembre 2020, le nombre de personnes qui avaient traversé la mer depuis le début de l’année, a été multiplié par six par rapport à 2019, atteignant un total de 16.950 personnes. Cette hausse des traversées s’accompagne inévitablement d’une augmentation des disparitions en mer. En seulement une semaine, en octobre dernier, 480 personnes ont péri ou ont été portées disparues », souligne EuromMed Droit.

«Cette augmentation des départs témoigne de changements dans les itinéraires « traditionnels » des voies migratoires, qui contraignent de plus en plus de réfugiés à entamer leur périple au Sud, entraînant une augmentation relative du risque de décès. Cela tient à la conjonction de deux axes politiques : une approche sécuritaire de la migration et une externalisation de la responsabilité de la gestion des frontières à des pays hors-Ue », d’après elle.

De fait, «la sécurité a été fortement renforcée dans les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla, situées sur la route du nord vers l’Union européenne : de nouvelles clôtures hautes de 10 mètres ont été érigées, et de nouveaux réseaux de fibre optique déployés dans le but d’intercepter les migrants.

La visite de la Commission européenne aux îles Canaries, le 6 novembre dernier, a eu pour effet majeur de renforcer le rôle de l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (Frontex), au moment même où l’Espagne négociait un renouvellement de son accord avec l’Agence pour éviter tout débarquement sur ses îles. Il n’est sans doute pas inutile de rappeler que, dans le même temps, Frontex est accusée de violents refoulements en mer Égée et en Méditerranée Centrale, en violation du principe de non-refoulement
», selon l’organisation, qui demande aux pays de l’Union européennes d’augmenter le nombre de places d’accueil sur les îles Canaries, afin que tous ceux qui débarquent puissent être pris en charge avec dignité et dans le respect des droits fondamentaux.




Avec Libération online



Cliquez-ici pour regarder plus de videos