leral.net | S'informer en temps réel
Samedi 24 Avril 2010

MENACES DE REMOUS DANS LA POLICE : La hiérarchie traque ses «taupes»


La hiérarchie de la police est très remontée contre les éléments qui s'en sont ouverts à Walf Grand-Place pour réclamer un mieux-vivre. D'après nos sources, leur patron a envoyé une note pour «intimider» les troupes tout en menaçant de corriger les «taupes».



MENACES DE REMOUS DANS LA POLICE : La hiérarchie traque ses «taupes»
La Direction générale de la sûreté nationale (Dgsn), que dirige Codé Mbengue, est aux trousses des policiers qui se sont confiés à Walf Grand-Place pour parler de menaces de remous dans les rangs de la police si l'Etat n'améliore pas leurs conditions de vie. D'après nos sources, la hiérarchie n'a pas aimé la sortie des éléments qui s'en sont ouverts aux journalistes. Le groupe de policiers avec qui nous nous sommes entretenus révèle que la hiérarchie a réagi. «Le directeur de la sûreté a envoyé un message dans les commissariats pour nous intimider. Cela ne peut pas du tout nous intimider et nous lui apprenons que les policiers modernes restent incorruptibles (sic)», confie un de nos interlocuteurs.

Mieux, nos interlocuteurs informent qu'une enquête aurait même été ouverte par la Division des investigations criminelles (Dic) pour que les «taupes» soient identifiées puis sanctionnées. Mais, avertissent les éléments de la police qui se sont confiés à Walf Grand-Place, «la police n'est pas fermée aux progrès numériques. Nous sommes aussi des adeptes des Ntic et que nous n'aurons aucune difficulté à livrer nos messages. Notre réaction est légitime puisque nous réclamons l'application d'un décret présidentiel.»

Sur la liste des contestations, les limiers disent basta au «traitement de faveur que l'Etat accorde à la gendarmerie.» «L'anomalie ne peut continuer. Un commissaire divisionnaire a le même traitement qu'un adjudant-chef de la gendarmerie. Un brigadier chef qui comptabilise 30 ans de service gagne moins de 230.000 francs et se voit verser une pension de moins de 125.000 francs à la retraite.» Pis, note-t-on, «un gardien de la paix a 25.000 francs d'indemnité de logement, alors que le gardien de prison se retrouve avec 75.000 francs comme l'officier de police. Nous sommes épuisés et personne ne peut nous empêcher d'exprimer notre mécontentement. »

Joint par téléphone, le chargé des relations publiques de la police, le colonel Alioune Ndiaye, avoue n'être pas informé de cette situation. «Vous avez la particularité de m'informer de ce qui se passe chez moi», se contente t-il de nous répondre.

Et rappeler que le téléphone de notre rédaction a explosé le jour où nous avons sorti le premier article sur le mécontentement de certains éléments de la police. En effet, nombreux ont été les policiers qui ont appelé pour appuyer les propos de leurs collègues qui tiennent à garder l'anonymat le plus total.

Ndèye Awa LO
Source Walf Grand Place
leral .net




1.Posté par Adjudant le 24/04/2010 23:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est vraiment désolant cette réponse de la hiérarchie policière face un gros malaise qui syphonne le coeur de cette institution-pillier de notre démocratie.
En réalité, cette contestation a germé à la faveur des péripéties de la désignation du patron de la DGSN qui ont fini par convaincre les décideurs politiques et décourager le peuple sénégalais tout entier du manque de crédit du nouveau Chef.
De grâce Monsieur le Président de la République, demandez à votre Ministre de l'Intérieur de reconsidérer cette position de DGSN et d'opérer le choix judicieux. Se borner comme on l'a fait à une des options les moins mauvaises ne peut rien augurer de bon pour notre pays, notre police et la sécurité des citoyens.
Nous policiers, sommes indignés de savoir notre parole portée par un Colonel illéttré et de voir nos ambitions pour le Sénégal sur la paume d'un maître calomniateur et d'un irresponsable comme l'actuel DGSN. Si alors vous ne savez quoi décider, mettez lui une horde de collaborateurs à sa disposition pour lui permettre de travailler.
En fait ces collaborateurs actuels les plus proches sont ceux qui le dénigrent et se plaignent à longueur de journée devant la troupe. En perspective de 2012, la stabilité doit être dores et déjà au rendez vous dans ce corps.

2.Posté par labsolu le 25/04/2010 15:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

wakhnagnou deugue parceque eux aussi dagno am famille you beugue deukk si ay étage am ay auto.nagnou bayi séne menace yi t khamni gno gnou tiono binou lénne tekkk rek doyna.bougnou lénne dimbalé rek corruption bi wagnékou,

3.Posté par flic le 25/04/2010 17:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En effet, la police a toujours été le parent pauvre des differrents régimes ;fautes de leur hiérarchie qui ne se borne qu'à sanctionner les éléments.Les chefs de ce prestigieux corps pensent que la subordination est un purgatoire et que le subordonné doit étre un misérable qui doit se contenter d'un tout petit peu; de telle sorte qu'ils ont du mal à porter leurs doléances devant les plus hautes autorités.Il a fallu que l'admnistration pénitenciére quitte notre département pour que leur situation statutaire se décante.Donc, dés lors, un probléme de leader se pose dans ce corps qui par la cupidité de ses supérieurs fait toujours du sur place.C'est maintenant au président de la république de toutes ses responsabilité afin corriger cette injustice,bien qu'il ait fait des efforts visibles que flics apprécient bien,il n'en démeure pas moins que l'application de ce nouveau statut un exigence que chaque policier réve de voir.Ceci ne fera renforcer cette admiration qui a toujours existé entre les policiers le président de la république que vous étes depuis que étiez dans l'opposition.

4.Posté par environnement afrique le 25/04/2010 20:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Chaque fonctionnaire veut sa part du gâteau, c'est normal. Tout le monde doit vivre

5.Posté par Boubs le 27/04/2010 16:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A propos de ces indemnités de logement et autres traitements, il avait été préconisé de les revoir à la hausse au bénéfice de 05 corps que sont "La Police, la Gendarmerie, la Douane, les Eaux et Forêts et les Gardes Pénitences. Un décret a été signé dans ce sens par le Président de la République dont je salue ici l'aimable geste fait à l'encontre de gens qui ne cessent de se sacrifier pour la sécurité nationale. Mais à la surprise générale seuls 03 corps en bénéficient à ce jour laissant en rade la Police et la Douane. Voilà les raisons de la COLERE des policiers. En effet c'est le traitement discriminatoire du decret qui pose problème car si le budget de l'Etat il est vrai en souffrance ne peut supporter cette charge financière, il aurait été plus judicieux pour les autorités d'attendre le moment favorable pour mettre en pratique l'exécution du decret mais pas le faire de manière partielle d'où la création de situation dont personne n'a besoin. Aux frères policiers je demande certes de mettre la pression pour l'obtention de leur droit mais aussi le faire avec beaucoup beaucoup de compréhension. Le Sénégal est en difficulté de Trésorerie c'est aussi ça la vérité.

6.Posté par Malick le 28/04/2010 15:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quelles difficultes de tresoreries. Ils peuvent dormir tranquilement car on veille sur leur sommeil. Lii dou walou gor. Camarades organisons la troupe le jour J est pour bientot. So hamone ale ni peulh boy dem nga yobalé ndokh. Athia ,na gnou dem di nguèn ham né golo thi ndigue la gnou ko yew.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site
Titre de votre page Titre de votre page