leral.net | S'informer en temps réel

Mairie de Notto Diobass: Vers un « mortal combat intra-Benno » entre le ministre Alioune Sarr et Pr. Louis Thomas Ciss

Si ce n’est pas du simulacre, c’est finalement deux camps de la mouvance présidentielle qui auront à faire face à l’opposition dans le Diobass. En effet, le maire sortant de Notto Diobass, le ministre Alioune Sarr, devra, outre l’opposition, croiser le fer avec le Professeur d’université Louis Thomas Ciss, dont la candidature aux élections territoriales de janvier 2022 est portée par les responsables de la grande majorité présidentielle de la commune, regroupés au sein de l’entité dénommée «Synergie Benno Bokk Yakaar de Notto». "Le Témoin"


Rédigé par leral.net le Mercredi 10 Novembre 2021 à 15:55 | | 0 commentaire(s)|

Mairie de Notto Diobass: Vers un « mortal combat intra-Benno » entre le ministre Alioune Sarr et Pr. Louis Thomas Ciss
La candidature du coordonnateur départemental du Parti socialiste, Louis Thomas Ciss, a été finalement officialisée, le week-end dernier, pour la mairie de Notto Diobass aux élections territoriales du 23 janvier prochain.

Le Professeur d’université va représenter la Synergie Benno Bokk Yakaar de Notto Diobass, composée du Parti socialiste, d’une branche de l’Alliance Pour la République (APR), des Démocrates Réformateurs/ Yeesal, de Pakhoum Diobass, du PVD, du PDS, entre autres parties prenantes.

« Notre synergie est majoritaire face à la coalition conduite, toujours dans BBY, par le maire sortant, le ministre Alioune Sarr, qui a, avec lui, une moitié de l’AFP, une moitié de la Ld, le mouvement And Bokk Jemouway de Ndèye Fatou Ndiaye et une minorité de l’APR », note Pr. Ciss. Qui poursuit : « si vous regardez les deux tendances, A et B, y a pas photo. Vous voyez bien que notre synergie est majoritaire par rapport à l’autre camp de la coalition BBY dirigé par Alioune Sarr ».

L’universitaire explique que son programme sera axé sur « le développement du Diobass, qui doit passer nécessairement par la création d’emplois notamment. Il va falloir mettre l’accent sur l’employabilité des jeunes et des femmes, sans occulter l’éducation qui est le moteur du développement. Ainsi nous allons former des cadres qui seront intellectuellement compétents, et, sur le plan économique, ils auront des métiers qui devront leur permettre de venir développer leur terroir ».

La gestion solitaire et partisane de la coordination communale de BBY décriée

Pr. Louis Thomas Ciss et les membres de sa coalition, reprochent au maire de Notto Diobass, le ministre du Tourisme et des Transports aériens, de « n’accorder aucun égard, aucune considération aux membres de BBY qui ne sont pas militants de l’AFP, avec une gestion solitaire et partisane de la coordination communale Benno Bokk Yakaar, donc par la promotion de l’incompétence à la place du mérite, qui a fini de mettre à l’écart des pionniers de la mouvance présidentielle ».

Ils s’offusquent aussi du fait qu’« Alioune Sarr s’agite beaucoup ces derniers temps, simplement pour essayer de leurrer les populations, leur faire croire qu’il travaille encore alors qu’il a fait 12 ans à la tête de la commune sans aucun bilan reluisant. Il suffit de faire un tour au niveau de l’hôtel de Ville de Notto Diobass, de le comparer à celui de la commune de Tassette, pour constater qu’il y une grande différence. Aussi, au moment où Tassette est en train d’avoir un terrain omnisports, à Notto, les terrains ne sont même pas clôturés. Alioune Sarr, la jeunesse, c’est le cadet de ses soucis », accusent les adversaires du maire sortant.

Le candidat Louis Thomas Ciss explique que « nous avons donc deux candidats au sein de BBY à Notto Diobass. Le maire sortant Alioune Sarr, en mettant devant lui un tam-tam debout, a osé dire, lors d’une rencontre à Pout Diack, que c’était lui le général, le candidat de Benno Bokk Yakaar et que si ça déplaisait à certains, ils n’ont qu’à présenter leur candidature. Aujourd’hui, j’ai mis le tam-tam debout et je lui ai donné un coup de pied pour le mettre à terre ».

Et de considérer que « 12 ans de règne sans partage, ça suffit. La décence aurait voulu que, par générosité, le maire sortant ne daigne pas se présenter pour un troisième mandat, mais qu’il s’appuie sur les autres membres de la coalition. S’il l’avait fait, il n’y aurait aucun problème, mais l’avoir refusé, nous a poussés à déclarer notre candidature ».







Le Témoin


Titre de votre page Titre de votre page