leral.net | S'informer en temps réel

Mort de Fallou Sène : Auteur du tir, le chef de l’unité convoque l’instruction 20

Le gendarme qui a usé de son arme lors des évènements de l’université Gaston Berger, est le chef de l’unité dépêché au campus suite à une réquisition adressée par l’ancien recteur au commandant de brigade de Saint-Louis. Devant les enquêteurs, ce dernier, qui était le seul du groupe à disposer d’une arme, a évoqué l’instruction 20, en indiquant que face à la furie des étudiants, il était de son devoir de dégager les hommes qui étaient sous sa responsabilité.


Rédigé par leral.net le Jeudi 24 Mai 2018 à 08:57 | | 0 commentaire(s)|

Mort de Fallou Sène : Auteur du tir, le chef de l’unité convoque l’instruction 20

Cliquez-ici pour regarder plus de videos
A la suite de la conférence de presse du procureur de Saint-Louis sur les avancées de l’enquête faisant suite à la mort de l’étudiant Fallou Sène, le journal Libération s’inscrivait en faux contre les informations tendant à faire croire que le doute planerait sur l’identité du tireur. Nous révélions que le tireur, gendarme de fonction, n’a jamais cherché à se dérober. Au contraire, il a tenu à donner sa version des faits.

L’enquête bouclée, Libération est en mesure de révéler que le tireur en question est le chef de l’unité envoyée à l’université Gaston Berger (Ugb) sur réquisition du recteur qui avait saisi le commandant de la brigade de gendarmerie de Saint-Louis, après que les étudiants ont annoncé la veille qu’ils feraient « nguenté toubab » ( restaurant gratuit).

Face aux enquêteurs, le chef d’unité a évoqué l’instruction 20 pour justifier son acte. Ce, en expliquant que dans le cadre de la mission de maintien de l’ordre au campus, ses hommes s’étaient retrouvés encerclés par des milliers d’étudiant qui leur jetaient des pierres. Certains de ses hommes, blessés, étaient au sol. Et c’est dans ces circonstances, pour éviter le pire, qu’il a usé de son arme même si son intention n’était pas de tuer mais de faire reculer les assaillants et de dégager les hommes qui étaient sous sa responsabilité. A noter que le recteur, en tant que chef d’équipe, était armé.

Au niveau de la gendarmerie, on signale que 18 gendarmes ont été blessés à la suite de ces évènements dont un dans un état grave. Evacué à l’hôpital Principal de Dakar après avoir été dans un état de délire permanent, il n’a retrouvé ses esprits qu’il y a de cela quelques jours.






Libération