leral.net | S'informer en temps réel

Pr. Idrissa Demba Bâ, Chef de service Pneumonie à Albert Royer: «Il faut s’attendre à beaucoup plus de cas de crise d’asthme à la rentrée des classes»

Les médecins de l’hôpital d’enfants Albert Royer ont tenu mercredi un point de presse, pour alerter sur la recrudescence des cas de grippe. Mais selon le chef du service de pneumonie, Pr. Idrissa Demba Bâ, il faut s’attendre à plus de cas de crise d’asthme, de bronchite, avec l’ouverture des classes.


Rédigé par leral.net le Vendredi 15 Octobre 2021 à 09:46 | | 0 commentaire(s)|

Pr. Idrissa Demba Bâ, Chef de service Pneumonie à Albert Royer: «Il faut s’attendre à beaucoup plus de cas de crise d’asthme à la rentrée des classes»
«Depuis une à deux semaines, on note une affluence de patients dans nos services. Cette situation est liée à des phénomènes de poussée. En réalité, il y a eu beaucoup de cas d’infections virales », renseigne Pr. Idrissa Demba Bâ, qui précise que la grippe fait partie des infections virales.

«Les diarrhées et les vomissements que présentent les enfants ainsi que les bronchiolites et les rhinobronchites, font tous partie des infections virales. A cause des cas de pneumonie virale, nous avons eu beaucoup plus de patients qui viennent, par exemple, pour de la fièvre, de la toux et des vomissements», indique- t-il, avant d’expliquer que cette situation exceptionnelle survient souvent à la fin de l’hivernage, en hiver ou en saison de fraîcheur.

«Quand il y a un changement de climat, on connaît souvent cette situation», explique Pr. Bâ. A l’en croire, tout est fait pour que les enfants reçoivent des soins appropriés et qu’il n’y ait pas de décès. Se voulant cependant rassurant, il indique que les tests de Covid effectués sur ces patients sont, dans la majeure partie des cas, revenus négatifs.

«Les enfants viennent pour un rhume ou pour la toux. Ce sont des signes classiques d’une grippe accompagnée parfois de vomissements. Les virus de façon globale, je ne parle pas de Covid-19, touchent trois organes. Celui respiratoire pour les enfants qui sont plus petits, parce qu’ils ont des voies respiratoires petites. Cela donne un peu de signes de difficultés respiratoires qui peuvent aller jusqu’au besoin d’oxygène.

Les virus donnent aussi des signes cutanés et des signes digestifs comme les vomissements et la diarrhée
», affirme Pr. Idrissa Demba Bâ. Il rappelle toutefois qu’en médecine, il ne suffit pas d’avoir un ou deux cas pour parler d’épidémie.

«Le ministère de la Santé a des services compétents pour déclarer une épidémie, lorsque c’est le moment de le dire», souligne-t-il.






L’As


Titre de votre page Titre de votre page