leral.net | S'informer en temps réel

Procès de Khalifa Sall et Cie: Tout feu, tout flamme, la défense démonte le réquisitoire du Procureur et déchire le rapport de l’Ige


Rédigé par leral.net le Vendredi 26 Janvier 2018 à 09:22 | | 0 commentaire(s)|


Durant cette troisième journée du procès du maire de Dakar Khalifa et ses co-prévenus devant le tribunal correctionnel ce jeudi, les avocats de défense à qui le Président Malick Lamotte avait donné la parole pour soulever des exceptions de nullité, n'ont pas manqué de lancer des piques aux tenants du pouvoir. Pour l'essentiel, dans leurs argumentaires, les robes noires ont défendu que c'est dans le dessein de liquider un potentiel adversaire politique que l'édile de Dakar est traîné à la barre pour des faits de détournement de deniers publics.

"C'est Benno Bokk Yakaar (BBY) qui est en train de poursuivre le maire de Dakar Khalifa Sall. C'est ce qui justifie que depuis le début de la procédure qu'aucun de ses droits ainsi que ceux de ses prévenus n'a été respecté. On nous refuse même depuis le début de ce procès de voir nos clients, en dehors de ces petites heures de pause que vous nous accordez durant l'audience ", dénonce Me Khassimou Touré.

Sur ce, le procureur de la République Serigne Bassirou Guèye à qui les robes noires n'ont pas fait de cadeau dans leurs plaidoiries, a tenu à préciser qu'il va prendre toutes les dispositions nécessaires pour faire respecter ce droit fondamental. "Je vais me rapprocher de l'administration pénitentiaire pour régler ce problème. Car c'est hier soir que les avocats des prévenus m'ont informé de ça", a-t-il souligné.

" C'est dans le dessein de vouloir juger à tout prix Khalifa Sall que le procureur a demandé à l'Assemblée Nationale de lever son immunité parlementaire, alors qu'il avait soutenu au lendemain de son élection comme député, qu'il ne bénéficiait pas d'une immunité parlementaire parce que les faits pour lesquels il est poursuivi, sont antérieurs à son élection.

Je ne parle pas au procureur de la République, ni aux avocats de l'État je m'adresse à vous monsieur le juge qui ne cesse de nous garantir depuis l'ouverture de ce procès, que le dossier sera propre. Donc, vous devez faire respecter la loi et dire le droit en tant juge du siège, qui doit faire respecter la Constitution. Car, l'acte de comparution du député et maire de Dakar khalifa Sall devant cette juridiction est nul
", assène Me Doudou Ndoye.

Et, Me Demba Ciré Bathily de remonter plus loin pour dire que même le rapport de l'Ige qui a enclenché la procédure, viole le principe de la libre administration des collectivités territoriales posée par l'acte 3 de la Décentralisation. Car, dit- il, cette institution n'avait pas à intervenir dans la gestion de la caisse d'avance de la ville de Dakar. Lui emboîtant le pas, son confrère Me Amadou Ali Kane d'ajouter que seule la Cour des comptes est compétente pour examiner la caisse." Et en cas de faute de gestion, c'est la chambre financière de ladite Cour qui est compétente. Donc les faits qui sont reprochés aux prévenus, ne sont des pas des infractions pénales. On ne cherche qu’à maintenir Khalifa Sall en prison. Entre le fort et le faible c'est la force qui opprime mais c'est loi qui libère".

Mais de l'avis Me Yerim Thiam, avocat de l'Etat qui n'a pas manqué d'apporter une réplique à ses confrères de la défense sans avoir droit à la parole, toutes ses exceptions soulevées par ces derniers relèvent d'un débat de fond. " C’est faux "rétorque un des avocats du maire avant même qu'il ne continue sa phrase. Et, au président Malick Lamotte de rappeler à l'ancien bâtonnier qu’il aura le temps avec ses collègues de la partie civile, d’apporter sa réplique sur les exceptions soulevées par la défense.





Kady FATY, Leral



Cliquez-ici pour regarder plus de videos