leral.net | S'informer en temps réel

Procès pour terrorisme: Assane Camara se raconte à la barre


Rédigé par leral.net le Jeudi 15 Mars 2018 à 16:04 | | 0 commentaire(s)|


Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Né en 1992, Assane Camara a comparu ce jeudi devant la chambre criminelle de Dakar pour association en vue d'une entreprise de terrorisme et pour financement au terrorisme. Vêtu d'un caftan de couleur noir et blanc, taille moyenne, teint noir, l'accusé qui a perdu il y a de cela deux jours, son père, a été livré aux enquêteurs de la Dic le 3 Janvier 2016 par sa mère lorsque celle-ci l'avait soupçonné d'être en relation avec des intégristes musulmans, suite à son voyage au Canada pour des études en économie en 2009.

"Je suis né en septembre 1992 et domicilié à Sacré-Cœur 3. J'ai fait la maternelle à la Croix-rouge sénégalaise. J'ai fait mes humanités dans les écoles françaises du Sénégal, en Côte d'Ivoire, au Madagascar. Après l'obtention de mon baccalauréat en 2009, je suis parti à Sherbrook (Canada) pour des études en économie, où je vivais avec mon grand frère. Par la suite, je me suis rendu à Edmonton en vue d'avoir une certaine autonomie financière parce que dans la province d'Alberta, il y a différentes activités qui me permettait de gagner ma vie en vue d'avoir une certaine autonomie financière en tant qu'étudiant.

Mais ma mère ne m'avait pas compris, raison pour laquelle, elle a effectué un voyage jusque-là bas pour me ramener au Sénégal, alors que je n’avais pas terminé mon cursus de 2014. A Edmonton, je vivais avec mes amis Samir, Youssouph et Zakaria avec qui je partageais l'association des étudiants musulmans de Sheerbrooke ", fait-il savoir au juge qui lui avait au préalable, présenté ses condoléances.

Pour ce qui est des sommes d'argent qu'ils recevaient de ses amis surnommés via Western Union et qui ont rejoint les rangs de l'État islamique en Syrie, Assane Camara soutient que c'était pour préparer son retour en Canada dans le but de poursuivre ses études. "Je n'aspirais pas pour le djihadisme violent comme eux. Car le djihadisme est un principe islamique qui te permet de faire des efforts pour bien pratiquer ta religion musulmane. Ma mère avait des inquiétudes injustifiées. Elle est allée jusqu'à recruter Atoumane Diaw pour me surveiller. Et c'est ce dernier qui m'avait récupéré la somme de 700 mille francs provenant de l'un de mes amis, car ma mère avait confisqué ma carte d'identité et mes passeports. Je me rendais à la mosquée de Liberté 6 où je dirigeais parfois la prière comme ce fut le cas lorsque j'étais à Edmonton dans leur mosquée dénommée " Sahaba. Et je n'ai aucune appartenance confrérique ", souligne-t-il.

A la question du juge de savoir pourquoi, il s'était rendu en 2016 en Tunisie, l’accusé avance : "C'était un voyage purement touristique qui était financé par mon ami Aboul Shamin. C'est lui qui m'avait acheté le billet. C'est une fois à l'aéroport de Tunis que les autorités de ce pays m'ont refoulé, croyant que je faisais partie d'une entreprise terroriste. Et lorsque je suis revenu, ma mère m'a conduit auprès des enquêteurs de la Dic le 21 janvier 2016. J'avais caché ce voyage aussi à ma copine Mariama Camara (elle sera entendue comme témoin)", témoigne-t-il. "Est-ce que tu lui serres la main", lui relance le juge. " Non! Je ne l'ai jamais fait parce que c'est interdit par ma religion. C'est une femme pour qui j'ai beaucoup d'estime, avec qui j'envisage de me marier", répond-il.






Kady FATY, leral.net