leral.net | S'informer en temps réel

Prouver que nous sommes plus forts que la COVID


Rédigé par leral.net le Vendredi 5 Février 2021 à 18:33 | | 0 commentaire(s)|

Prouver que nous sommes plus forts que la COVID
Pour la voir, il a fallu à l’Homme des yeux d’emprunt plus que microscopiques. Pour l’avoir au bout de l’éprouvette, il a fallu aller la chercher dans les abysses du nez et de la gorge à son insu. Pour la baptiser, il a fallu tâtonner entre « le » et « la » COVID-19 ; tellement elle est sournoise dans sa planque en camouflage pour tisser sa toile avant, une fois notre immunité désarmée, de donner l’assaut final à un corps humain robuste quoique vulnérable.

Pourtant pris au sérieux en mode préventif, cet adversaire infiniment minuscule peut être dompté par la fermeture des portes de ses véhicules que nous sommes. Négligée, la COVID-19 se faufile comme lettre à la poste par notre bouche, nos narines ou nos yeux.

Pour dire et écrire simplement que nous sommes à la fois plus forts et plus faibles que ce minus. Forts si nous fermons les voies de passage du virus, faibles si nous prenons le risque de laisser passer. Tout dépend de la vigilance collective des transporteurs que nous sommes. Cela nous le savons tous.

Que faisons-nous ? That is the question.

A voir la propagation actuelle de la COVID-19 dans notre pays (dénommée deuxième vague), il est à se dire que des digues ont cédées quelque part dans l’appréhension collective du danger. On a vu des prêcheurs imprudents de l’immunité collective jouer aux stars des télés contre l’avis largement partagé du corps médical national à qui il faut tirer un chapeau par son professionnalisme et l’expression pleine d’humilité de son patriotisme. Les « professionnels » largement minoritaires qui ont banalisé dans les médiats cette maladie n’ont hélas pas aidé dans l’appropriation collective des gestes barrières. On a vu des objecteurs de conscience se livrer au sport favori de la diatribe contre l’État à longueur de soirée avec des amalgames monstrueux foulant aux pieds la vitale responsabilité individuelle du citoyen choyé et quasiment encouragé dans sa posture dangereuse de non-respect des règles barrières. Comment expliquer et justifier le non-port de masques par certains ? Comment expliquer et justifier les sorties nocturnes dans une période de couvre-feu salutaire pour le pays ? Comment expliquer, justifier et amplifier les débats de secondes zones face au danger collectif qui devrait être largement mis en « prime time » ?

Comment dans nos quartiers accepter encore le diktat des cérémonies de tous ordres en cette période de danger total ambiant ? Comment continuer à subir d’autrui au nom du « kersa » la violation de nos barrières intimes individuelles sans broncher ?

En vérité, la COVID-19 requiert un changement total de mentalité et un oubli momentané de notre train-train quotidien qui s’est jusqu’ici accommodé de formes pesants de « bul faale » et autres « grawul ». Ne faut-il pas enfin oser le « niak kersa » positif face à ce minus dévastateur qui, en l’état actuel de la progression des cas communautaires, requiert une quinzaine entière de « jengu » collectif en ports de masques et gel total et spontané de toute les formes de rassemblements par tous les citoyens. Nous devons montrer que nous sommes plus forts que la pandémie. C’est possible si ensemble nous faisons par exemple une grande quinzaine de riposte nationale contre la COVID-19 dans la période du 06 au 20 février 2021 en appliquant tous et en tous lieux et temps les gestes simples de ports de masques et de respect des distances physiques.

Tout, tout et tout est dans le subconscient collectif pour une grande riposte ou « jengu » collective. Nous pouvons et devons le faire ensemble pour que le client COVID-19 ne monte pas à bord de son véhicule de rêve que nous sommes. Demander cela à chacun n’est pas un investissement immense. C’est juste un moyen d’atteindre un résultat immense dans cette lutte entre l’Homme visible et le virus invisible mais vulnérable.

Nous sommes plus forts que le virus. Il s’agit et suffit de le prouver ; et c’est plus que possible voire accessible si nous replaçons tous la COVID-19 au centre du débat consensuel patriotique.

Mamadou NDIONE
DG du COSEC



Cliquez-ici pour regarder plus de videos