leral.net | S'informer en temps réel

Retour murmuré des ministres destitués: Vers une rivalité sans merci autour de Macky ?

Avec la perspective de la création de délégués ministériels qui pourrait consacrer le retour des Amadou Bâ, Makhtar Cissé, Boun Abdallah Dionne, Aly Ngouille Ndiaye et Me Omar Youm, on va vers une guéguerre sans précédent dans le camp présidentiel. Entre ceux qui ont combattu certains qui vont se retourner contre eux, la guerre sera âpre autour de Macky Sall et du gouvernement.


Rédigé par leral.net le Jeudi 4 Février 2021 à 08:25 | | 0 commentaire(s)|

Retour murmuré des ministres destitués: Vers une rivalité sans merci autour de Macky ?
La création de postes de délégués ministériels, en plus d’augmenter le train de vie de l’État dans un contexte de rareté des ressources, va créer une situation de guéguerre permanente entre responsables du camp présidentiel.

Si, comme il se susurre, de tels postes devraient servir au retour des bannis de la mouvance présidentielle, la guéguerre sera sans merci autour de Macky Sall, mais également dans le gouvernement. C’est connu, pour le cas du Conseil économique, social et environnemental (Cese), Idrissa Seck n’a pas mené de guerre personnelle à Mimi Touré pour prendre sa place.

Au contraire, c’est dans la galaxie présidentielle où elle tenait une bonne place, que la tête de Mme Aminata Touré a été obtenue à la suite d’intenses manœuvres. Pour le cas d’Amadou Bâ, ce n’est un secret pour personne que son inimitié avec Abdoulaye Daouda Diallo n’a jamais été pour huiler ses relations avec le Président Sall.

Entre ces deux inspecteurs des Impôts, la guéguerre a commencé du temps de Me Wade, avant de se prolonger sous l’ère Macky Sall, qui a fait d’eux ses ministres. Des soupçons de connexion de l’ancien ministre des Affaires étrangères avec son ex-collègue Ousmane Sonko, et des ambitions orientées sur le fauteuil présidentiel ont également précipité son limogeage.

Toujours dans le premier gouvernement du second mandat de Macky Sall, le patron de la Chancellerie, Me Malick Sall, et l’ancien ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, ne se piffaient eux aussi.

Qu’est-ce qui est à l’origine de leur différend ?

En tout cas, c’est un secret de Polichinelle que les deux n’étaient pas amis dans le gouvernement, ni sur Facebook. Quant à Makhtar Cissé, tout le monde sait que sa tête a été obtenue par son successeur à la tête de la Senelec, Pape Demba Bitèye, qui est passé par le contrat d’Akilee pour le faire sortir des plans de Macky Sall, qui disait de ce ministre qu’il sait lire sa pensée. Me Omar Youm, qui est accusé d’avoir traîné les pieds dans la mise en application de la politique des infrastructures, a été bousculé par Mansour Faye qui lui a pris son poste.

Reste Mahamad Boun Abdallah Dionne. L’ancien Premier ministre de Macky Sall qui n’avait pas d’antagonistes connus dans le gotha présidentiel, a été écarté non pas pour des problèmes de santé, mais à cause de sa position tranchée contre l’arrivée d’opposants dans leur camp.

Pour Dionne, c’est sa différence de vision avec Macky Sall sur ce point, qui a précipité sa conduite à l’échafaud. C’est dire que chaque banni sait qui est son ami et qui ne l’est pas, dans le camp de la majorité. Si, en effet, les bannis devraient retourner dans l’attelage, le mieux serait qu’ils n’y cohabitent pas avec ceux-là qui ont obtenu leurs têtes. Pour qui connaît les politiciens de ce pays, ils n’attendent pas l’au-delà pour se régler leurs comptes de rhéteurs hypothécaires.

C’est hic et nunc qu’ils le font, quels que soient les dégâts sur la gestion du pays. C’est aussi dire, qu’une fois retournés dans les grâces du Boss, les bannis ne perdront pas du temps pour tenter de faire couper les têtes de ceux qui les ont combattus. En fait, ce sont les retrouvailles entre Macky Sall et Idrissa Seck, renforcées bon an mal an par les guéguerres entre responsables au sommet, ainsi que d’autres considérations pour certains, qui sont à l’origine des limogeages d’Amadou Bâ et Cie.

La guéguerre bat toujours son plein dans le camp présidentiel. Une guerre sans merci est à prévoir.




Tribune



Cliquez-ici pour regarder plus de videos