Leral.net | S'informer en temps réel

"Tu vas les bouffer" : sur des enregistrements, Benalla se vante du soutien de Macron

Rédigé par Alain Lolade le 31 Janvier 2019 à 15:15

Mediapart a dévoilé jeudi plusieurs enregistrements sonores tirés d'un échange entre Vincent Crase et Alexandre Benalla. L'ancien collaborateur de l'Elysée y revendique notamment le soutien du président de la République.


Vincent Crase et Alexandre Benalla. AFP (Montage : Paris Match)
Vincent Crase et Alexandre Benalla. AFP (Montage : Paris Match)
Face aux sénateurs, Alexandre Benalla n'a jamais manqué d'aplomb. Interrogé par les membres de la commission d'enquête sénatoriale à deux reprises, l'ancien collaborateur de l'Elysée ne s'était pas laissé impressionner.

A en croire des révélations de Mediapart, l'ex-chargé de mission de 27 ans a affiché cette assurance dès les premiers jours de l'«affaire Benalla». Des enregistrements publiés jeudi par le site d'information l'attestent: Alexandre Benalla, alors qu'une tempête médiatique se déclenchait et qu'il était déjà mis en examen, ne doutait pas.

Le 26 juillet 2018, huit jours après les révélations du «Monde» sur son implication dans les violences du 1er-Mai à Paris et quatre jours après sa mise en examen, il échange avec Vincent Crase, également mis en examen, alors, souligne Mediapart, qu'ils sont tous deux soumis à un contrôle judiciaire qui leur interdit de se rencontrer.

Dans l'extrait audio publié par Mediapart, Alexandre Benalla paraît décontracté. Il se targue d'être soutenu par Emmanuel Macron, qui a prononcé deux jours plus tôt un discours véhément dans lequel il affirmait que «la République exemplaire n'empêche pas les erreurs». «S'ils cherchent un responsable, le seul responsable, c'est moi et moi seul. C'est moi qui ai fait confiance à Alexandre Benalla. C'est moi qui ai confirmé la sanction», avait-il insisté.

«Truc de dingue, le patron hier soir il m'envoie un message, il me dit : "Tu vas les bouffer. T'es plus fort qu'eux. C'est pour ça que je t'avais auprès de moi"», affirme Alexandre Benalla sur l'enregistrement. Sur un autre extrait, il semble s'amuser du scandale qu'il a provoqué : « A 26 ans, y a pas grand monde qui provoque deux commissions d'enquête parlementaires, qui bloque le fonctionnement du Parlement...»







Paris Match