leral.net | S'informer en temps réel

Violences et crimes au Sénégal: “ Le mal est dans notre société” (Magatte Simal)


Rédigé par leral.net le Lundi 17 Février 2020 à 08:30 | | 0 commentaire(s)|

Violences et crimes représentent aujourd'hui le quotidien du Sénégal, où la peur s'est définitivement installée et la vie sereine est quasi impossible: “ la peur n’empêche pas la mort mais empêche la vie”.

La première et peut-être seule solution, est la répression; les forces de l'ordre au Sénégal dans une étroite collaboration, ont fait des opérations de sécurisation sur l'ensemble du territoire national et en même temps, la violence et les crimes continuent à s'exercer. Le grand nombre d'arrestations donne la sensation de sécurité mais elle n'est pas à proprement parler la sécurité. Elle n'est pas à 100% déterminée par l'exercice des forces de l'ordre, mais c'est un comportement humain pour éviter l’exécution d'actes non sûrs pour les autres et socialement et pénalement, punissables.

Si l’efficacité de la punition et de la menace d'une peine plus dure était la meilleure solution, les prisons sénégalaises ne seraient pas surpeuplées et les violences, crimes, et agressions auraient pris fin. “ Le mal est dans notre société”; chaque société a sa propre criminalité, quand un jeune Sénégalais accomplit un acte répréhensible ( crimes, vols, violences, agressions), il se meut dans la société sénégalaise.

Le sociologue américain Thorsten Sellin le disait: “ qui commet un délit le fait parce qu’il est fidèle aux normes de conduites de son propre groupe social et est en phase avec les valeurs sociales qu'il est en train de vivre.”. Actuellement, l'unique norme sociale qui détermine l'appartenance à la “nouvelle société sénégalaise”, est d'avoir de l'argent, beaucoup d'argent; peu importe la provenance et la manière de l'avoir.

Dans cette école extra muros que représente cette nouvelle société sénégalaise, nos enfants n'apprennent que violences, injustices sociales, enrichissement illicite, insultes, gangstérisme et manque de respect aux hommes et aux institutions. Last but not least, la religion musulmane qui doit être le refuge en donnant des solutions, vit une pire situation; elle est actuellement traversée par des hérésies et des sectes dangereuses pour notre jeunesse. L'Islam n'a aucune solution pour faire face, car contrairement à la religion chrétienne, il n'est pas un clérgé avec une seule autorité qui décide et donne des ordres; chacun est libre de prêcher pour ses intérêts ad personam, peut-être en piétinant les textes sacrés.

Donc, à cette prévention pénale qui ne donne pas de résultats satisfaisants, il est temps de penser à une prévention générale sociale; ce sera une restauration et un renforcement de nos systèmes de contrôle social avec toutes nos institutions sociales: familles, écoles, autorités religieuses toutes confessions confondues, sociétés civiles etc., sous le contrôle des institutions étatiques. Il ne s'agit pas seulement de punir mais de rééduquer pour récupérer socialement. Les comportements indésirables socialement et pénalement punissables, prennent leurs origines dans nos contradictions sociales et en même temps, nos enfants ne peuvent pas s'adapter à ces nouvelles normes d'exclusion sociale que nous, adultes, avons créées.

Des programmes de rééducation doivent nécessairement passer par l'instruction pour une réinsertion sociale, par l’éducation pour générer un nouveau citoyen formé par nos valeurs et normes sociales et enfin, par des programmes de récupération sociale pour éviter le récidivisme; mais nous devons nécessairement prendre en compte le nouveau contexte socio- culturel, les nouvelles prérogatives de nos enfants totalement déterminés par le “social network”.

La politique sociale est la meilleure politique pour lutter contre la criminalité et la délinquance, même si la prévention pénale constitue un instrument constant, essentiel et indispensable dont toute société organisée doit disposer pour contenir tout phénomène de déviance sociale: “ le droit pénal est l’extrême ratio de toute politique sociale dans une société démocratique, de droit et de justice sociale”.

Pour notre cher Sénégal, ce ne sera pas une sinécure, mais le peuple sénégalais dans toutes ses composantes est obligé de prendre le taureau par les cornes, pour ne pas sombrer socialement: “ si on ne peut pas changer la direction du vent, il faut nécessairement et obligatoirement changer la direction de la voile de “ SUNUGAL” notre pirogue, pour ne pas dériver vers une destination inconnue. Le jeu en vaut la chandelle ".





Magatte Simal, immigré en Italie



Cliquez-ici pour regarder plus de videos