Leral.net | S'informer en temps réel

Algérie: Des peines de prison pour avoir brandi le drapeau berbère

Rédigé par Mamadou Mangane le 13 Novembre 2019 à 09:31

En Algérie se tient le procès de 42 personnes arrêtées pour avoir brandi le drapeau berbère lors des manifestations hebdomadaires contre le régime. 28 personnes ont été condamnées par le tribunal correctionel d'Alger à six mois de prison ferme, assortis d'une amende d'environ 200 euros.


Vingt-deux personnes ont été condamnées à six mois de prison ferme la nuit dernière, six autres ce mardi 12 novembre en Algérie pour avoir brandi le drapeau amazigh en juin dernier. Les sentences se succèdent et suscitent l'étonnement. Notamment au sein de la Ligue algérienne des droits de l’Homme. Ces verdicts sont « durs, lourds et marquent un tournant inattendu », estime Said Salhi, vice-président de l'organisation qui s'attendait à ce que les précédents procès au cours desquels «les accusés avaient été acquités fassent jurisprudence».

Cet avocat craint désormais que les peines prononcées ce mardi « portent atteintes à l'unicité du système judiciaire ». Selon le collectif de 70 avocats qui défend les détenus amazighs, les familles des accusés ont fait appel de ces peines. Ce lundi, quelque 200 personnes se sont rassemblées devant le tribunal du centre d'Alger aux cris de « libérez les détenus » et « pouvoir assassin ».

Un drapeau culturel et identitaire

La défense avait plaidé l'acquittement des accusés en rappelant qu'il n'existe en Algérie « aucune loi interdisant de brandir un drapeau amazigh et que la Constitution précise que l'amaziguité est l'une des composantes de l'identité nationale. » Le collectif d'avocats a aussi protesté contre la lenteur de la procédure. En effet, sur les 42 accusés, 33 ont passé quatre mois en détention provisoire depuis leur arrestation fin juin.

La loi algérienne n'interdit pas de brandir un drapeau berbère. Néanmoins, lors des manifestations, le chef d'état-major de l'armée, le général Gaïd Salah, avait ordonné qu'aucun autre drapeau que l'emblème national ne soit brandi.

Aujourd'hui, c'était au tour des étudiants de manifester pour la 38e semaine consécutive. Ils réclamaient notamment une « justice indépendante » et la libération des personnes arrêtées dans le cadre de la contestation.