Leral.net - S'informer en temps réel

Conséquence du Covid-19 : « 300 000 africains pourraient perdre la vie à cause de la maladie »

Rédigé par leral.net le Vendredi 17 Avril 2020 à 08:35 | | 0 commentaire(s)|

La Commission économique pour l’Afrique (Cea), dans un nouveau rapport sur la pandémie de coronavirus, affirme qu’il se peut que 300 000 africains perdent la vie à cause de la maladie. La Cea estime également que la croissance du continent ralentira de 3,2% à 1,8% dans le meilleur des cas.


Conséquence du Covid-19 : « 300 000 africains pourraient perdre la vie à cause de la maladie »
D’après la Commission économique pour l’Afrique 300 mille personnes pourraient perdre la vie à cause du coronavirus dans le continent africain. Ceci, ajoute la Cea dans son communiqué, alors que la pandémie continue d’avoir un impact sur les économies en difficulté du continent dont la croissance ralentira de 3,2% à 1,8% dans le meilleur des cas, plongeant près de 27 millions de personnes dans l’extrême pauvreté.

« Afin de protéger et contribuer à la prospérité partagée du continent, 100 milliards de dollars sont nécessaires pour fournir de manière urgente et immédiate un espace budgétaire à tous les pays afin de répondre aux besoins immédiats des filets de sécurité des populations », réitère, selon le document, Vera Songwe, vice-secrétaire générale de l’Onu et secrétaire exécutive de la Cea.

Qui ajoute que l’Afrique « est particulièrement vulnérable car 56% de sa population urbaine est concentrée dans des bidonvilles ou habitations informelles et seulement 34% des ménages africains ont accès à des installations de base pour se laver les mains et que les coûts économiques de la pandémie ont été plus durs que l’impact direct du Covid-19 ».

Le rapport note que les Petites et moyennes entreprises Pme) africaines risquent de fermer complètement en l’absence d’un soutien immédiat. En outre, le prix du pétrole, qui représente 40% des exportations africaines, a diminué de moitié et les principales exportations africaines comme les textiles et les fleurs fraîches coupées se sont effondrés. Le tourisme, qui représente jusqu’à 38% du Pib de certains pays africains, a effectivement cessé, tout comme l’industrie du transport aérien qui le soutient.

Bassirou MBAYE LEJECOS



Titre de votre page