leral.net | S'informer en temps réel

Crimes commis contre les journalistes en 2021 : 35 professionnels des médias tués au niveau mondial, dont 4 en Afrique

Les professionnels des médias ont encore connu une année macabre en 2021. En effet, une déclaration conjointe publiée par Article 19 sur la Journée internationale de la fin de l'impunité pour les crimes commis contre les journalistes, renseigne que la courbe des chiffres sur les meurtres de journalistes est ascendante. Une hausse qu’il trouve ‘’très inquiétante’’. Il s’agit, dit-on, de 35 professionnels de l’information qui ont été tués dans le monde dont quatre en Afrique.


Rédigé par leral.net le Mercredi 10 Novembre 2021 à 09:07 | | 0 commentaire(s)|

Crimes commis contre les journalistes en 2021 : 35 professionnels des médias tués au niveau mondial, dont 4 en Afrique
‘’En Afrique de l'Ouest, le Nigeria et le Ghana ont signalé un meurtre chacun, tandis que le Burkina Faso a enregistré deux meurtres. En cette journée mémorable, Article 19, Journalistes en danger (JED), l’Association des éditeurs des professionnels de la presse en ligne (Appel/Sénégal) et FactSpace/Ghana appellent les gouvernements africains à enquêter de manière plus approfondie sur les meurtres commis sur les journalistes et à prendre des mesures pour mettre fin à cette culture de l'impunité’’, recommande le document.

Selon l'Observatoire des journalistes assassinés de l'UNESCO, entre 2006 et 2021, plus de 1 200 journalistes ont été tués dans le monde et près de 607 cas ne sont toujours pas résolus.

‘’Dans son rapport annuel, intitulé ’Mauvais temps pour la presse’, rendu public ce 2 novembre 2021, à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre l’impunité des crimes contre les journalistes, Journaliste en danger (JED) a enregistré, au moins, quatre cas des journalistes tués au cours de cette année en République démocratique du Congo (RDC)’’, révèle-t-on.

Le secrétaire général de JED, Tshivis Tshivuadi, trouve, lui que ces assassinats viennent allonger une longue liste de près d’une vingtaine des journalistes tués au cours de ces dix dernières années dans des conditions qui n’ont jamais été élucidées. Son organisation dénonce, à ce propos, l’indifférence des autorités congolaises par rapport à ces meurtres, ainsi que la culture de l’impunité qui entretient un climat d’insécurité pour les journalistes congolais.

‘’L'impunité engendre un cycle qui restreint progressivement la liberté d'expression. Lorsque des journalistes peuvent être attaqués et réduits au silence en toute impunité, cela encourage d'autres auteurs à mener des attaques similaires et peut inciter les journalistes à s'autocensurer. Cela a un impact supplémentaire sur le droit des citoyens à l'information. En effet, si les journalistes s'autocensurent, c'est toute la société qui en souffre, car des informations précises et fiables ne sont plus disponibles ou tardent à être fournies’’, soutient-on.

Après les cas de meurtre, les journalistes sont également victimes d’emprisonnement. A ce propos, la déclaration conjointe fait état d’au moins 229 cas d’emprisonnement de journalistes au mois de mars 2021, pour leur reportage. ‘’Plusieurs gouvernements en Afrique continuent d’adopter des lois liberticides telles que les lois sur la cybercriminalité, en vue d’étouffer le droit d’accès à l’information du citoyen et la liberté d’expression des journalistes qui sont des piliers importants de la démocratie’’.
Enqueteplus.com


Titre de votre page Titre de votre page