leral.net | S'informer en temps réel

Diffusion d’images obscènes, tentative d’extorsion de fonds : 2 ans de prison, dont 3 mois ferme pour le faux colonel de l’Administration pénitentiaire

Le tribunal des flagrants délits de Dakar a condamné, hier, Daouda Guèye, à deux ans de prison dont trois mois ferme. Il se faisait passer pour un colonel de l’Administration pénitentiaire, pour tenter d’extorquer des fonds à Astou Ndiaye, dont le fils est en prison. En sus de cela, il envoyait à celle-ci des images obscènes.


Rédigé par leral.net le Mercredi 1 Juin 2022 à 10:44 | | 0 commentaire(s)|

Diffusion d’images obscènes, tentative d’extorsion de fonds : 2 ans de prison, dont 3 mois ferme pour le faux colonel de l’Administration pénitentiaire
Ça n’a pas suffi à Daouda Guèye de se faire passer pour le colonel de l’Administration pénitentiaire, Matar Ndiaye. L’homme, plâtrier de son état, a profité de la détresse de sa voisine Astou Ndiaye, dont le fils est incarcéré, pour lui soutirer de l’argent. Pis, cet homme marié et père de famille, envoyait des vidéos pornographiques à la dame.

Selon cette dernière, au mois de janvier dernier, alors que son fils était en détention à la Maison d’arrêt et de correction de Rebeuss, Daouda l’a contactée pour lui dire que celui-ci les a mis en rapport afin qu’il le fasse sortir de là-bas. Pour ce faire, il lui a réclamé la somme de 100 mille francs Cfa.

Tantôt, il me disait qu'il travaillait à Rebeuss, tantôt à la Section de recherches ou à la Dic. Par la suite, il a commencé à m’envoyer des images pornographiques, des photos de son sexe. Mais quand je lui ai fait savoir que je suis mariée, il n'a pas arrêté. Il continuait ses harcèlements’’, s’est plainte la dame hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar.

À l’en croire, elle a été outrée quand elle a découvert que son bourreau est un de ses voisins. “C’est un habitué des faits. Heureusement, je ne lui ai rien remis, car je sentais qu’il ne me disait pas la vérité’’, a conclu la plaignante.

Poursuivi pour tentative d'extorsion de fonds, usurpation de fonction et diffusion d'images contraires aux bonnes mœurs, Daouda Guèye a plaidé coupable. Toutefois, il déclare qu’il voulait juste s’amuser, avant de s’excuser auprès de la dame qui s’est désistée de son action en justice.

Malgré son mea culpa, la magistrate du parquet a requis deux ans d’emprisonnement dont un an ferme contre Daouda Guèye.

À la suite des avocats de la défense, qui ont sollicité une application bienveillante de la loi, le tribunal a condamné le prévenu Daouda Guèye à deux ans de prison, dont trois mois ferme. Ce, après avoir requalifié le délit de tentative d’extorsion en tentative d’escroquerie.





Enquête


Leral Titre de votre page