leral.net | S'informer en temps réel

Du nouveau annoncé au Service civique sénégalais – Par Laity Fall

Ce vendredi 7 janvier 2022, se tiendra la rencontre ministérielle autour d’un programme d’éducation à la citoyenneté des jeunes au King Fahd Palace. L’occasion pour ses organisateurs d’évoquer la question du Service civique, qui ne bénéficie pas d’une réelle promotion au Sénégal.


Rédigé par leral.net le Mercredi 5 Janvier 2022 à 14:00 | | 0 commentaire(s)|

Du nouveau annoncé au Service civique sénégalais – Par Laity Fall
Nous pensons qu’avec une nouvelle institutionnalisation du Service civique national, et une nouvelle approche pédagogique, il sera possible d’emmener nos jeunes vers un parcours citoyen engageant et formateur.

Le nouveau service civique constituera un engagement volontaire sur une mission d’intérêt général, d’une durée de 4 à 6 mois ; il vient s’ajouter aux différentes mesures d’éducation civique de l’école de la République sénégalaise.

Destiné aux jeunes de 16 à 25 ans, il pourra être mis en place dans les domaines suivants, reconnus prioritaires pour la Nation : santé, éducation pour tous, environnement, solidarité, citoyenneté, développement économique, culture, sport, intervention d’urgence.

Le jeune devra effectuer au minimum 4 mois de missions dans au moins 3 domaines différents, pour se voir délivrer une attestation de réalisation effective du Service civique national.

Pour une meilleure réorganisation, on procédera à la création d’une Agence du Service civique.

L’Agence du Service civique sera un Groupement d’Intérêt Public (GIP), qui aura pour missions :

• de définir les orientations stratégiques et les missions prioritaires du Service civique ;

• d’assurer la gestion des agréments et du soutien financier apporté par l’Etat à l’accueil des personnes volontaires en Service civique ;

• de promouvoir et de valoriser le Service civique auprès notamment des publics concernés, des organismes d’accueil et d’orientation des jeunes, des établissements d’enseignement et des branches professionnelles ;

• de veiller à l'égal accès de tous les citoyens au Service civique ;

• de favoriser la mise en relation des personnes intéressées par un Service civique avec les personnes morales agréées, proposant un contrat de Service civique ;

• de contrôler et d’évaluer la mise en oeuvre du Service civique ;


• de mettre en place et de suivre les conditions permettant d’assurer la mixité sociale des bénéficiaires du Service civique ;

• d’animer le réseau des volontaires et anciens volontaires en Service civique ;

• de définir le contenu de la formation civique et citoyenne.

Enfin, l’Agence du Service civique s’appuiera sur un réseau de délégués territoriaux, pour territorialiser son action. Les équipes en charge de cette coordination, seront constituées de référents.

Ces référents seront les acteurs clé de la mise en oeuvre et du développement du Service civique, à la fois proche des volontaires et des structures d’accueil, dont ils sont les interlocuteurs de proximité pour répondre à leurs questions et faciliter leurs démarches.

Leur action est coordonnée et pilotée au niveau national par l’Agence du Service civique (crédits, délégation…). Ils sont garants, en lien avec l’Agence, de la qualité des missions de Service civique et du respect du sens de l’engagement citoyen des volontaires.

L’Agence du Service civique sera sous la tutelle du Ministère de l'Education nationale et de celui de la Jeunesse et des Sports.

Pourront accueillir des jeunes volontaires, sous réserve de leur agrément par une Agence du Service civique ou par ses délégués territoriaux, les organismes sans but lucratif et les personnes morales de droit public : services de l’Etat, établissements publics, collectivités territoriales, associations, fondations, GIE.

L’objectif du nouveau Service civique sera de mobiliser les jeunes sur les défis sociaux et environnementaux, de leur proposer un cadre d’engagement dans lequel ils pourront mûrir, gagner en confiance en eux, en compétences, en s’impliquant sur un projet collectif, au service de la population et en relation directe avec elle. Il devra leur permettre de conforter leur apprentissage de la citoyenneté par l’action, de prendre le temps de réfléchir à leur propre avenir, tant citoyen que professionnel.

Le Service civique, étape de vie au cours de laquelle des jeunes de toutes origines sociales et culturelles peuvent se côtoyer et prendre conscience de la diversité de notre société, a vocation à renforcer la cohésion nationale et la mixité sociale ; mais également, la transmission de valeurs d’unité nationale. Il doit de ce fait être réellement accessible à tous les jeunes, quels qu’aient été leurs formations ou leurs parcours antérieurs, et notamment à ceux issus des quartiers et zones prioritaires.

Le service civique étant un engagement citoyen et non pas un outil de la politique de l’emploi, à la différence du stage ou de l’apprentissage, ni un outil de formation, de développement ou de mise en application des compétences. Pour autant, les compétences acquises durant un service civique, doivent pouvoir être identifiées et valorisées dans les cursus de formation secondaire ou supérieure. Elles pourront être prises en compte dans la validation des acquis de l’expérience.

Le nouveau Service civique ne devra en aucun cas se substituer à un emploi salarié ou d’agent public. L’engagement fera l’objet d’un contrat qui relèvera du code du service national, et non du code du travail. Le volontaire sera placé dans une relation de collaboration et non de subordination vis-à-vis de son organisme d’accueil.

Le Service civique ne doit pas non plus venir concurrencer le bénévolat.
Le nouveau Service civique devra être clairement distingué des autres dispositifs ayant des objectifs différents : le service civique est un engagement citoyen, les autres dispositifs relèvent de la formation ou de l’accès à l’emploi.

Dans le contexte de la société sénégalaise de ce millénaire, il est opportun de faire en sorte d’encourager, par diverses mécanismes, l’accomplissement du Service civique par nos jeunes.

Ces mécanismes pourraient être la mise en place d’avantages sociaux, destinés à ces jeunes ayant effectué un minimum de 4 mois de Service civique, tels que :

• Réduction des tarifs au niveau des transports publics réglementés (BRT, TER, BUS…)
• Subvention quant à l’obtention du permis
• Baisse de la cotisation pour la Couverture maladie universelle…
• Et tout autre avantage pertinent et susceptible de faciliter l’intégration sociale de ces jeunes.

Tous ces dispositifs seraient accessibles pour le jeune jusqu’à ses 26 ans révolus.

Les vacances scolaires pourront par ailleurs être mises à profit pour réaliser le service civique.






Laity Fall, contributeur citoyen


Titre de votre page Titre de votre page