Emprisonnement de Khalifa Sall: tir groupé de l’opposition contre Macky Sall

L’embastillement de Khalifa Sall a suscité, hier, de vives réactions de la part des opposants qui ont lourdement chargé le Président Macky Sall.


Rédigé par leral.net le Jeudi 9 Mars 2017 à 11:15 | | 0 commentaire(s)|

Indignation ou désolation. Tels sont les deux sentiments qui animent les opposants, après que le maire de Dakar a été emprisonné, dans l’affaire dite de la caisse d’avance.

« Le jour de la conférence de presse, j’avais dit à Khalifa Sall qu’il ira à Rebeuss, si le Président obtient ce qu’il veut. Maintenant, c’est fait. Rebeuss. Ce n’est rien pour un homme politique. On est en train de réprimer un adversaire politique pour des raisons politiques. Il n’y a rien d’autre que de la politique dans ce dossier », assène Mamadou Diop Decroix. Le leader d’Aj/PADS de renchérir : « Dans ce pays, il n’y a que de la politique, mais pas  au sens noble du terme. De la politique au sens ordurier du terme ».

D’autre part, le chargé de communication de « Rewmi », Thierno Bocoum émet sur la même fréquence. « Je pense que cette affaire n’est malheureusement pas une surprise, parce qu’Idrissa Seck avait, depuis longtemps, tiré la sonnette d’alarme sur la volonté clairement affichée par le régime en place de mettre hors d’état de nuire ses adversaires politiques. Nous avons constaté que, depuis le président Macky Sall est au pouvoir, il ne cesse d’essayer de scruter dans les dossiers de ses adversaires politiques pour y trouver le prétexte de les empêcher de recourir au suffrage des populations », déclare le député Thierno Bocoum.

Pour lui, « cette posture visant à se débarrasser de ses adversaires gênants, à travers la justice, est une posture dégradante pour la démocratie, pour l’indépendance de la justice ». « Nous condamnons fortement cette justice à double vitesse dans notre pays qui permet à tout souteneur du Président Macky Sall de faire ce que bon lui semble. Si Khalifa Sall ou Barthelemy Dias ou Bamba Fall avait accepté la main tendue du Président Macky Sall, on n’en serait pas là. Donc, il est clair qu’il y a un cabale politique contre les adversaires du président Macky Sall, et c’est ce qui est inacceptable ».

Quant à la Commission orientations et stratégies (COS) du M23, elle exprime sa « vive amertume » et ses « réelles inquiétudes » par rapport à la marche « inquiétante » de la justice sénégalaise. Une justice qui, selon ladite entité, est « encline à briser tout sur son passage, pour baliser la voie pour un second mandat de Macky Sall ».

« Tous les Sénégalais avisés s’attendaient à une issue pareille, un pouvoir qui se base sur des principes dénués de toute sincérité, pour liquider de potentiels adversaires. Une attitude adoptée par ce dernier à court d’arguments, complaisant avec sa famille, ses proches collaborateurs qui ne sont jamais inquiétés dans le cadre de la transparence et la reddition des comptes. Un Macky Sall décevant, qui installe la rancœur des Sénégalais », tonnent Abdourahmane Sow et ses camarades.

La Cos du M23 dit constater, « avec une majorité des Sénégalais, la prise en otage de la justice, dans son fonctionnement, son organisation, et ses rapports avec les autorités ». Une situation qui, en croire M. Sow et compagnie, « met mal à l’aise les acteurs et profite à un pouvoir dictatorial, mû des avantages indus sur le dos des Sénégalais ». La structure précitée demande à l’opposition, ainsi qu’aux Sénégalais, de « comprendre les enjeux des reformes très profondes et nécessaires à la rupture de certaines pratiques injustes et néfastes à la démocratie ».

Source Vox Populi