leral.net | S'informer en temps réel
Mercredi 28 Février 2018

Fraude au Bac: L'enquête de la police et de la gendarmerie et l'ordonnance de renvoi du juge... de A à Z




Fraude au Bac: L'enquête de la police et de la gendarmerie et l'ordonnance de renvoi du juge... de A à Z
Dans son ordonnance en date du 10 janvier, le doyen des juges d’instruction du Tribunal de Grande instance de Dakar a renvoyé 39 inculpés dont 22 candidats au Bac, devant le juge correctionnel de fraude massive qui avait défrayé la chronique. Ainsi, seuls les trois agents de l’Office du Bac ont été épargnés par l’ordonnance du magistrat instructeur mais le parquet, qui n’est pas de cet avis, a fait appel contre leur non-lieu d’office devant la Chambre d’accusation de Dakar. Dans cette affaire, police et Gendarmerie ont travaillé main dans la main pour neutraliser une mafia, répartie en plusieurs chaînes, qui menaçait le système éducatif sénégalais. En fait, le réseau était actif depuis le Bac 2016 comme l’atteste plusieurs témoignages.

L’enquête menée en collaboration avec la Dic, les commissariats de Dakar-Plateau, Tivaouane, Kaolack et Diourbel a conduit la saisie de 76 téléphones portables et l’arrestation de 42 personnes dont 23 élèves ayant réussi le Bac 2016 et 3 autres au Bac session 2017, et 16 autres personnes de profession diverses notamment étudiants, chômeurs, ménagère, déclarant en douane, logisticiens, commerçants, stylyste, trois agents de l’Office du Bac, un proviseur et un professeur de français.

L’examen de l’ensemble des procès-verbaux a permis de dégager plusieurs chaînes ou réseaux de transmission frauduleuse des épreuves. C’est ainsi que de l’enquête menée par la Section de recherches, on peut citer deux réseaux à Kaolack avec à leur tête Mouhamed Ben Abdellah Mbaye alias Ben, à Diourbel un réseau dirigé par Yémou Diouf a été décelé sans toutefois appréhender ses membres.

Du côté de la Dic, six réseaux ont été relevés : un premier avec Mohammed Sarr à Dakar, un deuxième avec Oumar Dieng toujours à Dakar, un troisième à Kaolack, Baye Talla Diallo, une quatrième chaîne de fraude avec Ndew Badiane, originaire de Kaolack mais résidant à Dakar, une cinquième avec Mandao Kassé, élève à Tivaouane et une sixième avec Mamadou Ndiaye alas Ndiaw, élève à Dakar.

A l’enquête préliminaire de la Dic, le premier interpellé, Oumar Dieng candidat au Bac, a soutenu avoir reçu l’épreuve de géographie du Bac 2017 de son cousin Paul Baba Khamad Fall, stagiaire à Socetra via l’application WatshApp qui l’aurait reçu de son ami et collègue Abdou Ndiour. Ce dernier a soutenu l’avoir reçu de Ibrahima Nidiaye sans autres précisions. Celui-ci, de son côté, dit l’avoir reçu de Papa Moussa Ndiaye, logisticien à la SNTT.

Le professeur de philosophie, Mamadou Sanoussy Bâ a révélé avoir reçu la veille de l’épreuve de l’anticipée de philo, un message de la part de l’eleve Mouhamed Sarr dont le contenu est le suivant : « M. Diapalléma nguir yalla ».

Il a soutenu que lendemain, c’est à dire le 7 mai 2017, il s’était rendu compte que l’épreuve qui lui a été envoyée par Mouhamed Sarr, était le sujet numéro 1 de philo de la Série L2 et il en a informé le directeur de l’Office du Bac ainsi que les membres du Cusems et Saems. L’eleve, intercepté, a reconnu les faits tout en précisant qu’il l'a aussi envoyé à d’autres de ses camarades dont Ibrahima Sy.

Lors de son interrogatoire, Binta Ndiaye, candidate libre, a déclaré avoir reçu les sujets d’Anglais, d’Histoire, Géographie et de français dans une chaîne de transmission via WatshApp notamment entre les nommés Mariètou Ndiaye, Serigne Mbacké Niass, Kheuwé Guissé, Lamine Sow, Mame Ibrahima Ndiaye, Amacodou Ndiaye, Seydou Amadou Diallo et Mariétou Sahir Ndoye.

L’exploitation du téléphone portable de Mariétou Sahir Ndoye, candidate, a permis de découvrir que Djibril Kébé a reçu d’elle, la somme de 200.000 F Cfa afin de la mettre en rapport avec un professeur du nom de M. Diallo, qui serait en mesure de lui livrer les épreuves du Bac. Il lui a donné un nom fictif pour empocher le montant, notant que M. Ndour, de son prénom Abdoulaye, est un professeur de Français du groupe scolaire Machallah et qu’il a appris de Dame Lô, élèé que ce dernier réclamait de l’argent à des élèves en échange d’épreuves.

46 arrestations dont 23 candidats au Bac et 16 autres personnes dont étudiants, un proviseur, un prof, des stylistes…

En revanche, Dame Lô a affirmé n’avoir jamais tenu de tels propos même s’il aurait entendu des rumeurs dans ce sens. Il a juste reconnu avoir mis en rapport son ami Mansour, sans autres précisions, avec M. Ndour et qu’il l’a même accompagné lorsque celui-ci versait via Orange money, la somme de 90.000 F Cfa à ce dernier.

De cette même exploitation, il est ressorti que Abdel Adle Syret Guiro a précisé à Mariétou Sakhir Ndoye qu’il connaissait bien M. Diallo alors qu’il savait que ce dernier n’existait pas. Interpelé et interrogé dans ce sens, Abdoulaye Ndour a nié les faits à lui reprochés. Toutefois, les documents bancaires retrouvés par devers lui, ont permis de noter que dans le courant des mois de mai et juin 2017, il a reçu des versements variant entre 50.000 et 1,4 million de F Cfa dans un compte logé au Crédit mutuel du Sénégal. Il a soutenu pour sa défense, que ces versements sont le fruit d’un remboursement dû à la vente annulée d’un terrain par son cousin.

Relativement à la somme de 50.000 versée par Mansour, il jure que ce dernier voulait juste l’assister. Interrogé une seconde fois sous le régime de la garde-à-vue, Abdoulaye Ndour a reconnu avoir réclamé et reçu de cinq élèves des sommes variant entre 50. 000 et 150.000 FCfa en vue de les escroquer puisqu’il ne disposait aucune épreuve.

La progression de l’enquête a conclu à l’arrestation des nommés Mouhamadou Guèye, Ablaye Sène et Mandao Cissé à Tivaouane. Après son interpellation, Amadou Seydou Diallo candidat à Diourbel, a affirmé n’avoir pas envoyé les épreuves à Mouhamadou Gueye même si ce dernier l’a désigné.

Toutefois, il a ajouté avoir obtenu l’épreuve de Mathématiques grâce à Malick Mamadou Diop, bachelier et étudiant à l’Université virtuelle de Diourbel qui a réfuté ces allégations non sans préciser que c’est une de ses élèves du nom de Marième Diallo, qui lui a amené ladite épreuve la veille de l’examen. Et c’est suite à cela qu’il a invité d’autres élèves pour corriger l’épreuve.

Mahamed Kâ, candidat à Diourbel a révélé que les épreuves d’histoire, de Géographie, d’Espagnol et d’Anglais lui ont été envoyées par Amadou Seydou Diallo qui lui, a déclaré les avoir reçues par le biais de Claire Diouf sans plus de précisions.

Le nommé Serigne Mbacké Niass, candidat à Dakar, a dit avoir reçu  les épreuves de Français, d'Histoire et de Géographie des mains de Djim Momar Cissé, son camarade d’école, qui, à son tour, a affirmé les avoir eues de Amacodou Ndiaye, élève au Lycée des Parcelles Assainies. Celui-ci a précisé qu’il a reçu les épreuves ainsi que les corrections de Papa Gora Seck, candidat au Bac, qui a déclaré à son tour avoir reçu les documents de Djamil Niang, bachelier 2016 et d’Adji Ndiaye, élève en classe de Terminale au lycée « Lumière » de Kaolack qui, lui, jure que c’est Baye Talla Diallo qui devait envoyer les sujets moyennant le versement de sommes d’argent.

En poursuivant, Djamil Niang a renseigné qu’il a eu à envoyer les épreuves tour à tour, aux nommées Mame Diarra Niang, candidate, et une certaine Yacine sans aucune autre précision moyennant la somme de 25.000 FCFA. Mame Diarra a cité Djamil comme étant celui qui lui a envoyé les épreuves moyennant le double. Interpellé, il a soufflé que Baye Talla Diallo leur avait demandé, lui et Adja Ndiaye, de lui démarcher des candidats qui seraient intéressés par les épreuves de la session 2017, moyennant le versement de somme d’argent.

Les incroyables aveux de Abdoulaye Ndour, professeur de Français à Machallah qui escroquait les candidats

La suite des investigations a conduit à l’arrestation de Baye Talla Diallo et Adji Ndiaye qui ont été cités comme les piliers essentiels du réseau de diffusion des épreuves. Baye Talla Diallo a précisé que Bamba Thiam dit, « Paquetage », Mouhamed Abdallah Mbaye et Mouhamed Lamine Thiam sont aussi dans le réseau des fuites de Bac.

Interpellé à Thiès, Mouhamed Ben Abdallah Mbaye a déclaré avoir reçu de la part d’Aminata Seck, les épreuves de Français la veille des examens par message Whatsapp et celle d’Anglais, d’Histoire et de Géographie par le biais de Mouhamed Kanté, candidat à Kaolack. Il a ajouté qu’il a eu à recevoir la somme de 10.000 F Cfa en échange de certaines épreuves. Serrée, Aminata Seck, élève au nouveau Lycée de Kaolack, a dit avoir reçu le libellé du Français de la part de Saliou Sarr, professeur au dit Lycée.

Ce dernier a soutenu avoir reçu ledit message de la part de son collègue Pape Oumar Mboup qui a souligné que c’est le nomme Marie Angel Diatta, candidate qui lui a apporté l’épreuve de Français.

Pour sa part, Moustapha Kanté a soutenu que Moussa Kane, candidat, avait acheté les épreuves auprès d’un étudiant. C’est en voulant envoyer lesdites épreuves à son ami Boubacar Diatta lorsque ce dernier n’avait pas de téléphone, qu’il les a finalement envoyées à Mbaye Thiam non moins frère de Mouhamed Ben Abdalah Mbaye, qui lui a aussi, à son tour, envoyé les épreuves par Bluetooth.

Apres son arrestation, Boubacar Keïta a reconnu les faits en précisant avoir reçu les épreuves de Mbaye Thiam de la part de Moussa Kane qui a reçu les corrigés de Baye Talla Diallo. Cité aussi par Adji Ndiaye, lors de son interrogatoire, Baye Talla Diallo a confirmé lui avoir remis les épreuves d’Histoire et de Géographie moyennant 45.000 F Cfa.

Il a précisé en outre que ces épreuves lui ont été remises par Adji Samassa, sans autres précisions, qui à son tour, a déclaré les avoir obtenues auprès du proviseur du Lycée de Kahone, Mamadou Djibril DIA moyennant 20.000f par épreuve après marchandage.

Cependant Baye Talla Diallo a mentionné qu’il a reçu de Fatoumata Bakhoum, bachelière en 2016, des épreuves qu’il a eu à comparer à celles reçues par Adji Samassa, qui était identiques. Cette dernière interrogée à la suite de son arrestation, a indiqué qu’elle a reçu l’épreuve d’anticipée de philo et celle de Français, Anglais et Histoire du proviseur du Lycée de Kahone moyennant 40.000 F Cfa.

Dans l’optique de la localisation de la nommée Adji Samassa, Diatta Diakhaté, bachelière en 2016 et originaire de Kaolack, a été arrêtée et elle a déclaré que lors de la session du Bac 2016, Ndew Badiane lui avait vendu des épreuves pour 20.000 F Cfa.

Interpellée, Ndew Badiane a reconnu s’être approchée de Fatou Bakhoum pour obtenir les épreuves du Bac mais c’est par la suite qu’elle a obtenu les épreuves d’Espagnol auprès du Proviseur du Lycée de Kahone qui lui a réclamé 50.000 F Cfa et c’est ainsi qu’elle a remis les épreuves à Nafi Diop, Fatou Ndiaye et Fatou Diop qui ont versé chacune 20.000 F Cfa.

Interpellé le proviseur du Lycée de Kahone, Mamadou Djibril Dia, a confirmé les déclarations de Fatou Bakhoum non sans préciser que c’est Mamadou Thiam, employé à l’Office du Bac qui lui envoyait les épreuves par mail et que Ngor Sarr et Abdou Aziz Tall dit Dabakh, employés dans le même service, étaient au courant.

Comment le proviseur de Kahone, qui vendait une épreuve à 50.000 F Cfa est tombé...

Auditionné, Bakhoum Diakham, directeur de l’Office du bac a précisé qu’il avait reçu de la part de Mamadou Sanoussy Bâ, une information selon laquelle, Mouhamed Sarr détenait les épreuves de Philosophie. Il a souligné que le 05 juillet 2017, il a reçu un message contenant les sujet de Français et de Mathématiques, et le matin,, après vérification il a constaté qu’il s’agissait des épreuves qui devaient être composé par les candidats. Il ajoute que Mamadou Djibril Dia, en sa qualité de chef de centre, a eu à réceptionner et garder les cantines de philo pour les centres de Kahone, Mbadakhoune et Ngathie Naoudé dont certaines, pendant 12 jours.

Il a aussi révèle qu’un président de jury de Kahone du nom de Bocar Traoré, a eu des soupçons sur la fermeture des enveloppes contenant les épreuves et il en avait fait état à Alain Christian Bassène, superviseur à l’examen du Bac.

Apres leur inculpation, tous les mis en causes présumés ont reconnu à l’exception, d’une part, de Dame Lo, Abdel Adle Syret Guiro, Mouhamed Ben Abdalah Mbaye, Mame Diarra Niang, Abdoulaye Ndour, Ndew Badiane, Pape Oumar Mboup, Mamadou Thiam, Abdoul Aziz Tall, Ngor Sarr, Bintou Ndiaye, Paul Baba Khamade Tall qui ont totalement nié les faits et d’autre part, les nommés Diatta Diakhaté, Djibril Kébé, Mouhamed Sarr, Djim Momar Cissé, Baye Talla Diallo et Mouhamed Djibril Dia qui ont partiellement reconnu les chefs d’inculpation retenus contre eux, en niant respectivement l’escroquerie, la fraude aux examens et concours, l’association de malfaiteurs, le blanchiment de capitaux…

Lors des interrogatoires dans le fond, les mis en cause ont pour l'essentiel réitèré les propos tenus lors de l’enquête. Pour autant, le proviseur du lycée de Kahone a juré avoir remis les épreuves 2016 et 2017 à Fatou Bakhoum, en précisant que c’est Mamadou Thiam, agent à l’Office du Bac, qui lui remettait les sujets moyennant 50.000 F Cfa. Ce que le concerné a formellement nié. Les deux autres agents, Abdoul Aziz Tall et Ngor Sarr ont persisté dans leurs dénégations.

39 inculpés en police correctionnelle, le parquet conteste devant la Chambre d'accusation le non-lieu accordé aux agents de l'Office du Bac

Le professeur Abdoulaye Sarr est revenu sur ses déclarations, en affirmant qu’il a été contraint à avouer l’escroquerie sur des élèves par les enquêteurs. Dans son ordonnance, le doyen des juges estime qu’il n’a eu « aucune preuve » contre les agents de l’Office du Bac en faveur de qui, il a ordonné un non-lieu qui fait l’objet d’un appel du parquet. Par contre, le magistrat a démantelé le renvoi en correctionnel de Abdoulaye Ndoye puisque les réquisitions ont permis d’établir des contacts formels entre lui et les candidats ayant versé de l’argent. Le professeur est aussi visé pour blanchiment de capitaux.

En plus de Abdoulaye Ndour, le magistrat a demandé le renvoi en correctionnel de Omar Dieng (élève), Paul Baba Khamade Tall (déclarant en Douane), Abdou Ndour (responsable logistique à Socetrans), Mariétou Sahir Ndoye (élève), Lamine Sow (élève), Bineta Ndiaye (élève), Kheuwé Cissé (élève), Amacodou Ndiaye dit Ndiaw (élève), Djim Momar Cissé (élève), Serigne Mbacké Niass (élève),Mouhamadou Guèye (élève), Ablaye Sène (élève), Mandao Kassé (élève), Seydina Amady Diallo (élève), Pape Gora Seck (élève), Djamil Niang (étudiant), Mame Diarra Niang (étudiante), Malick Mamadou Diop  (étudiant), Mouhamed Ka(élève), Djibril Kébé (élève), Abdel Adle Syret Guiro (sans emploi sous mandat de dépôt), Dame Lô (élève sous mandat de dépôt), Adji Ndiaye (élève), Baye Talla Diallo (sans emploi sous mandat de dépôt), Fatou Bakhoum (ménagère sous mandat de dépôt), Mamadou Djibril Ba (proviseur de Kahone sous mandat de dépôt), Diatta Diakhaté (étudiante sous mandat de dépôt), Ndew Badiane (étudiante sous mandat de dépôt), Mouhamet Sarr (élève), Mouhamed Ben Abdallah Mbaye (étudiant sous mandat de dépôt), Pape Omar Mboup (professeur de lycée sous mandat de dépôt), Moussa Kanté (élève), Boubacar Diatta (élève),Mouhamed Kanté (élève), Marie Angèle Diatta (élève).






Libération



Titre de votre page Titre de votre page