Leral.net | S'informer en temps réel



G20: «Vous ne m’écoutez jamais»... L'étrange dialogue entre Macron et Ben Salmane

Rédigé par Alain Lolade le 1 Décembre 2018 à 14:14

DIPLOMATIE Sur la vidéo diffusée par la Gazette saoudienne, les deux hommes parlent bas…L'échange est à la fois très court et très étrange. Une conversation de cinq minutes entre Emmanuel Macron et le prince saoudien ben Salmane a été captée en marge du G20, ce vendredi.


G20: «Vous ne m’écoutez jamais»... L'étrange dialogue entre Macron et Ben Salmane
Sur la vidéo diffusée par la Gazette saoudienne, les deux hommes parlent bas, si bien qu’il est difficile de comprendre leur étrange dialogue. Le journaliste de Reuters Luke Baker a réussi à le décrypter. « Ne vous inquiétez pas », murmure le prince héritier. Ce à quoi Macron répond : « Je suis inquiet. » Face à un MBS à la fois hilare et penaud, Macron déclare ensuite : « Vous ne m’écoutez jamais », et Mohammed ben Salmane a répondu : « J’écouterai, bien sûr. » À la fin, on peut entendre Macron dire : « Je suis un homme de parole. »

MbS: "Don't worry." Macron: "I do worry. I am worried." MbS: inaudible "That's right" Macron: "I told you." MbS: "Yes, you told me." Macron: "You never listen to me." MbS: "No, I listen of course." Macron: "Because I told you..." MbS: "It's OK" Macron: "I am a man of my word."

Sourire embarrassé et fermeté

L’échange ressemble à la remontrance d’un père à son fils mais réunit pourtant deux hommes forts de puissances mondiales. L’Elysée a déclaré que la vidéo montrait « une sorte de contraste entre le visage de MbS arborant un sourire embarrassé et le visage du président (français), qui était plutôt sévère et qui souhaitait transmettre ces messages de manière très ferme ».

L’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi au consulat saoudien d’Istanbul et la guerre au Yémen semblent avoir été au coeur de leur discussion. « Deux points ont été évoqués, la volonté des Européens sur l’affaire Kashoggi d’associer des experts internationaux à l’enquête en cours et la nécessité d’une solution politique au Yémen », a indiqué l’Elysée. Emmanuel Macron a également « évoqué le sujet du prix du pétrole et du rôle que l’Arabie Saoudite a à jouer dans son évolution ».

C’est le premier échange entre les deux hommes depuis l’annonce de la disparition du journaliste dans le consulat saoudien à Istanbul. Depuis le début de l'affaire, l’Arabie saoudite a changé plusieurs fois son récit. Selon la dernière version officielle, une équipe de 15 agents est allée en Turquie pour ramener « de gré ou de force » Khashoggi au pays, mais l’opération a mal tourné et il a été brutalisé et « drogué » avant que son corps ne soit « démembré ».