leral.net | S'informer en temps réel

Je ne suis pas Adji (Par Yacine BODIAN – ECRIVAINE)

Femme, je suis !
Femme fière de l'être également, je suis !
Porteuses de la vie, porteuses d’émotions fortes, porteuses de fardeaux ou encore âmes des foyers, partout où nous passons, nous laissons une empreinte indélébile.
Enorme don du seigneur, être femme est le plus beau cadeau que nous a offert le bon Dieu. Mais, parfois que de déceptions.... J’ai plus que honte !


Rédigé par leral.net le Mercredi 10 Février 2021 à 11:58 | | 0 commentaire(s)|

Je ne suis pas Adji (Par Yacine BODIAN – ECRIVAINE)
Lorsque paumée, la douce et obéissante petite fille censée donner de l'amour et de la joie à ses parents, commence à verser dans la tromperie, s’accrochant à l’illusion de l’ascension sociale sans peine, rien que pour se nourrir, j'ai honte !

Lorsque l'adolescente, espoir de sa famille, commence à s'écarter du droit chemin, dérivant dans les ténèbres que nul n’éclaire, j'ai honte !

Lorsque la femme censée donner la vie, crée sa propre déchéance, je suis outrée!

Où sont donc passées nos valeurs, nos références !
Comment en arrive-t-on à se nourrir de sa propre honte, de la honte de toute une famille et de toute la gente féminine?
Comment pouvoir être fière de soi, se regarder au travers d’un miroir lorsque consciente de l'insulte infligée à sa famille depuis sa propre mère, première référente, jusqu'à sa descendance, on s’exécute quand même ?
Pense-t-on que certains actes s’oublient facilement ? Que la vie et ses illusions valent toutes les bassesses ?
Que nenni !

Quoi que l'on puisse naître dans les bas-fonds des caniveaux et y avoir vécu toute sa vie, il doit quelque part rester en nous une once de dignité, qui se révèle dès que la lumière d'une âme pure vous foudroie. Comment relever la tête et regarder les autres, droit dans les yeux, quand on s'accommode à la vie des rats?
Que vaut une vie de damnée même avec tout l'or du monde ?
Je ne suis pas Adji !


Que les Adji se reprennent vite, la promotion "langue de vipère" n’est qu’illusion. Le chemin est très long car le chant du déshonneur l'accompagne et l’estampille pour l'éternité.
Que le bon Dieu nous en garde !

Hélas, autant les esprits saints avancent dans la création de joies autant les autres évoluent dans la recherche insatiable de techniques malsaines pour survivre.
Quoi de plus naturel lorsqu'on sort des abîmes de la nécessité, recherchant la voie la plus facile qui mène à l’illusion d’un félicité éphémère.
Quoi de plus naturel lorsqu'on a connu que ça !
Quoi de plus naturel si cela est le seul héritage reçu !
Quelle honte !

Nous ne sommes que le produit de notre environnement hélas !
Que peut-on attendre de personnes crasseuses, au cœur pernicieux et à l'esprit nauséabond ?

Notre société titube et nos valeurs dégringolent telles des laves de volcans en pleurs.
Se sortir du rouleau compresseur devient de plus en plus urgent face à la difficile survie dans une société en perdition, amputée des héritages ancestraux.
Où est donc notre DIOM devant le mal ? Notre NGOR devant les accros ? Et notre FAYDA face aux épreuves de la vie ?
Rappelons-nous, seules ces valeurs poussèrent les braves femmes de Nder au sacrifice collectif préférable à une vie indigne. Seul l'amour de la patrie incita Yacine boubou au sacrifice pour sa patrie.


Vivement l'enseignement de notre propre histoire et de nos propres valeurs.
Vivement un Sénégal pour tout patriote !

Je ne suis donc pas Adji !

Yacine Bodian





Cliquez-ici pour regarder plus de videos