Leral.net - S'informer en temps réel

L’ELEVE EN CLASSE DE TERMINALE AVAIT ACCOUCHE ET MIS SON NOUVEAU-NE DANS UN SAC

Rédigé par leral.net le Mercredi 16 Septembre 2020 à 11:47 | | 0 commentaire(s)|

La nommée Aïda Wade a comparu, hier, à l’audience de la chambre criminelle du Tribunal de Grande Instance (TGI) de Dakar. L’élève en classe de terminale aux moments des faits répondait du crime d’infanticide. Le procureur a requis 5 ans de prison ferme contre elle. La chambre criminelle a mis l’affaire en délibéré pour le […]

La nommée Aïda Wade a comparu, hier, à l’audience de la chambre criminelle du Tribunal de Grande Instance (TGI) de Dakar. L’élève en classe de terminale aux moments des faits répondait du crime d’infanticide. Le procureur a requis 5 ans de prison ferme contre elle. La chambre criminelle a mis l’affaire en délibéré pour le 03 novembre prochain. Les faits pour lesquels la nommée Aïda Wade a comparu, hier, à l’audience de la chambre criminelle du TGI de Dakar remontent au 5 janvier 2017. Ce jour-là, l’élève en classe de terminale a senti des contractions et compris que l’heure de la délivrance avait sonné pour elle. Lors de son accouchement, elle avait blessé son nouveau-né au niveau de la partie gastrique en coupant le cordon ombilical avec une paire de ciseaux. C’est du moins ce qu’a prétendu l’accusée qui soutient n’avoir pas eu l’intention d’ôter la vie à son nouveau-né. Après l’accouchement, elle avait mis le bébé dans un sac sans le refermer. Seul son copain basketteur Pape Alioune Cissé, parti monnayer ses talents en Europe, était au courant de sa grossesse. D’après l’enquête, lorsque la jeune fille a senti des maux de ventre, elle avait pris la décision d’aller à l’hôpital pour son accouchement. Cependant quand elle a accouché, elle a pris soin du bébé. Quelques instants après, elle a eu des maux de tête et d’autres séquelles. Elle est allée à la cuisine prendre un couteau qu’elle a plongé dans de l’eau bouillante avant de couper le cordon ombilical. « C’était pour désinfecter le couteau », a-t-elle expliqué. Elle avait fermé les yeux en coupant le cordon. La sage-femme dit que c’est une coupure qui a tué le nouveau-né. « Cela n’a pas saigné. Le bébé n’a pas été poignardé. C’est une inflammation parce que la perforation infectée n’a pas été traitée. L’enfant est resté trois jours sous traitement avant d’être évacué à Albert Royer. C’était une blessure légère. Quand le bébé est rentré, il a survécu 48 heures avant d’être ramené encore à Le Dantec », a expliqué l’accusée. A l’en croire, alors qu’elle se rendait à l’école, elle est tombée et s’est évanouie. Elle a été conduite à l’hôpital dans un taxi. L’accusée regrette d’avoir mis sa famille dans cette situation et d’avoir perdu son bébé.

Selon le ministère public, les stratégies de défense de l’accusé ne sont pas convaincantes. « La jeune fille avait coupé le cordon ombilical à l’aide de ciseaux. Elle avait l’enfant entre ses mains. Elle était élève en classe de terminale… Elle était une bonne élève. Je m’étonne qu’une femme assez consciente puisse ignorer certaines choses. Elle a mis l’enfant dans un sac et l’a conduit vers une destination inconnue. La direction motivationnelle de son acte s’inscrit dans l’infanticide », a soutenu le substitut du procureur. « Lorsqu’on accouche d’un enfant, il y a un phénomène qui se dégage au niveau de l’intestin. Elle a accouché seule en dehors de la présence de sa maman et de son proche ami. Elle n’avait pas l’intention de se suicider. Elle voulait écraser l’enfant de quelque manière que cela puisse se faire », a soutenu le maître des poursuites qui a requis 5 ans de prison ferme à l’encontre de l’accusée. Quant aux conseils de la défense, ils ont soutenu qu’il n’a jamais été question pour leur cliente de tuer son bébé. « C’était un accident. Elle n’a jamais eu l’intention de commettre cet infanticide, même si elle a tenté de cacher le nouveau-né à sa maman et aux membres de sa famille. L’intention d’ôter la vie à l’enfant n’est pas établie. C’est une jeune fille sur qui sa famille compte beaucoup. Elle a été parmi les meilleurs élèves de son école. C’est une erreur de jeunesse. Il y avait une pression que la famille a exercée sur elle. Elle a mis le bébé dans le sac sans le refermer » a plaidé la défense qui a demandé la requalification des faits en infanticide involontaire. « L’enfant était vivant pendant 6 à 7 jours. Il n’y a eu aucune intention de le tuer. Dans les scellés, il n’y a que des ciseaux. L’autopsie parle de coupure et non de plaie », a soutenu un des conseils de l’accusée. La chambre criminelle a mis l’affaire en délibéré pour le 03 novembre prochain.

Mamadou SY



Source : https://letemoin.sn/leleve-en-classe-de-terminale-...


Titre de votre page