leral.net | S'informer en temps réel

Locales / Retrouvailles Bamba Fall-Khalifa Sall: Au nom de la « realpolitik »


Rédigé par leral.net le Jeudi 30 Septembre 2021 à 11:15 | | 0 commentaire(s)|

Après avoir flirté avec le régime en place, Bamba Fall semble avoir scellé mardi à Paris, son retour en grâce dans le giron de Khalifa Sall. Des retrouvailles plus dictées par la realpolitik que par une confiance indéfectible entre les deux anciens compagnons. En mot : Bamba Fall veut être réélu maire de la Médina et Khalifa retrouver son emprise sur Dakar, donc la fin justifie les moyens.

Dimanche dernier, la communauté mouride a commémoré le départ en exil de son guide Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké. Son homonyme Bamba Fall, maire de la Médina, n’était pas en exil mais avait pris ses distances avec Khalifa Sall. Dans leur livraison d’hier, les journaux "Les Echos" et "Walfadjri" ont fait savoir que l’édile de la Médina et l’ex-maire de Dakar ont fumé le calumet de la paix, au cours d’une rencontre à Paris à laquelle Mansour Sy Djamil avait aussi pris part. A quelques mois des élections locales du 23 janvier 2022, la coalition Yewwi askan wi tient peut-être son candidat à la Médina. Parce qu’il faut le dire, l’alliance Khalifa Sall-Bamba Fall ressemble plus à un mariage de raison qu’à une fidélité du second à l’égard du premier.

Bamba Fall veut être réélu, Khalifa Sall cherche à contrôler encore Dakar

A Benno Bokk Yakaar, les frictions ont déjà été constatées dans cette commune, ancien bastion du Parti socialiste. Une partie de la coalition présidentielle a porté son choix sur le ministre Seydou Guèye tandis que Cheikh Tidiane Bâ alias Messi, Directeur général de la Caisse des dépôts et consignations (Cdc), veut jouer en solo lors de ces échéances électorales. Les deux responsables, tous de l’Apr, risquent de créer leur propre défaite comme 2014. Dans une commune qui compte Youssou Ndour, Awa Marie Coll Seck ou Maïmouna Ndoye Seck, la lutte sera âpre. Bamba Fall compte s’engouffrer dans la brèche. L’ancien adjoint de Me Biram Sassoum Sy à qui il a succédé après la disparition de ce dernier en avril 2014, avait été réélu deux mois plus tard. Il veut rempiler et compter sur les voix de l’opposition qui, en dehors de Bamba Fall, n’a pas de responsable d’envergure à la dimension de l’actuel maire.

Au demeurant, Bamba Fall avait pris ses distances avec Khalifa Sall et l’opposition. Alors que l’ancien chargé de la Vie politique du Parti socialiste (Ps) était en prison, le maire de la Médina fricotait avec le régime de Macky Sall. Ayant perdu un oncle, l’ancien protégé du baobab socialiste Ahmed Diène avait reçu en février 2018, à la surprise générale, une délégation gouvernementale conduite par le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne, du ministre directeur de Cabinet, Oumar Youm, du ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, et du Dg du "Soleil", Yakham Mbaye. «Monsieur le Premier ministre, nous partageons le même Sénégal. Je suis Socialiste et vous êtes de l’Apr. Mais je veux dire à qui veut l’entendre que le jour où le pays fera appel à moi, je répondrai. Il n’y a pas de confusion entre la politique et l’administration. Les collectivités locales sont des démembrements de l’Etat. Marième Faye Sall est une sœur qui m’appelle assez souvent», déclarait-il.

Bamba Fall «convaincu que l’émergence du Sénégal passera par Macky Sall»

Bamba Fall poursuivait : « Macky Sall est un homme généreux. Je sais que certains diront que je suis en train de préparer ma transhumance. D’abord, je précise que je suis Socialiste à vie. Mais je ne tairai jamais le bonheur de voir quelqu’un qui me manifeste son estime. Et c’est le cas de Macky Sall, qui est un frère, malgré mes attaques contre lui. Quand quelqu’un se déplace pour vous présenter ses condoléances, c’est un geste très fort, d’autant plus que les gens avec qui je partage le parti et la coalition, n’ont pas mis les pieds ici. Dites au Président que ce qu’il a fait aujourd’hui est énorme. Je suis comblé. Téranga, téranga moo kay fay ».

Taxawu senegaal accusait le coup, car un de ses piliers était en train de se rapprocher dangereusement de Macky Sall, l’ennemi depuis que le maire de Dakar d’alors a été incarcéré dans le cadre de sa gestion de la caisse d’avance de la Ville de Dakar. Le coup de grâce pour le mouvement de Khalifa Sall sembla intervenir quelques jours plus tard, le 8 mars 2018, lorsque Macky Sall est accueilli par Bamba Fall au stade Iba Mar Diop, dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de la Femme. Le poulain de Khalifa Sall s’est déclaré «convaincu que l’émergence du Sénégal passera par Macky Sall». Ce dernier de répondre : « Monsieur le maire de la Médina, notre hôte, Bamba Fall, avec le hasard du calendrier, nous voici à deux reprises dans votre commune en moins de deux semaines. Je pense que cela revêt quelque chose ».

A Taxawu Senegaal, le crédit de Bamba Fall s’est érodé. Il n’est plus considéré comme un membre du mouvement. On ne le voit plus dans les manifestations exigeant la libération de Khalifa Sall. Celui qui tirait sur Tanor Dieng pour Khalifa Sall, se rapproche du régime en place. Il est le premier à officialiser son retour au Ps après l’exclusion des pro-Khalifa prononcée par Tanor et Cie, le 30 décembre 2017.

«Khalifa Sall n’est ni mon tuteur ni mon père»

A la Présidentielle de 2019, Bamba Fall refuse de suivre la consigne de Khalifa Sall, qui appelle à voter Idrissa Seck. L’actuel premier adjoint de Soham El Wardini à la Ville de Dakar, accrédite la thèse de jouer en faveur du pouvoir. «Ce que je fais, je le fais librement et je prends mes responsabilités. Chaque personne, au-delà de son parti, a sa propre liberté. Et moi, ma liberté m’indique d’aller avec Khalifa Sall et de le soutenir pour qu’il puisse être président de la République. Je l’ai dit partout, je suis et je reste avec Khalifa Sall. Quand Khalifa Sall est candidat, je suis avec lui. Et quand il n’est pas candidat, je suis libre de choisir où je vais.

Je ne suis pas dans une dahira. Je suis un politicien libre. S’il n’est pas candidat, ce n’est pas à lui de me dire où je vais. J’ai dépassé le stade où on me donne le ndigël. Parce que quand Tanor a demandé à Khalifa Sall de soutenir Macky Sall, il a refusé. C’est son droit. Donc, nous aussi, nous sommes libres de refuser quand on nous demande de soutenir quelqu’un. Khalifa Sall n’est pas plus responsable que nous. Je ne suis pas un khalifiste mais un socialiste derrière Khalifa Sall. Que cela soit clair. Je ne crois à un homme mais à des valeurs… Khalifa Sall n’est ni mon tuteur ni mon père
», se défendra-t-il dans "L’Observateur".

Pourtant, Barthélemy Dias, très proche de Ousmane Sonko, avait respecté la demande du détenu Khalifa Sall, en s’engageant dans la campagne du candidat de la coalition Idy2019. Aujourd’hui, Bamba Fall, 49 ans, se rapproche de nouveau de Khalifa Sall, pour obtenir une réélection. Snobé par le pouvoir qui a largement entaché sa crédibilité, l’homme à la voix cassée compte surfer, comme en 2014, sur l’image de Khalifa Sall. Ce dernier veut rester maitre de Dakar, après avoir vu son électorat dispersé à cause de ses déboires judiciaires. Par ailleurs, Bamba Fall reprocherait à l’ancien maire de Dakar, des prises de position politiques dictées par l’influent Barthélemy Dias. Mais lorsque les barbares sont aux portes de Rome, on arrête les querelles byzantines.






Le Quotidien



Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Titre de votre page Titre de votre page