leral.net | S'informer en temps réel

Malèye Diop, candidat Apr déclaré à Thiès Nord à la charge: «Reconduire Lamine Diallo, c’est ouvrir la porte à Pastef»

Malèye Diop, responsable de l’Apr et chef du service du Cadastre des Parcelles assainies de Dakar, veut, avec les électeurs de la commune de Thiès Nord, tourner la page de l’ère Rewmi. Convaincu de sa représentativité et de ses chances de se faire élire, il est d’avis que l’heure est venue pour que le maire sortant de Thiès Nord cède son fauteuil et espère que le chef de la majorité présidentielle Macky Sall, portera son choix sur sa personne pour succéder au poulain de Idrissa Seck. "Le Quotidien"


Rédigé par leral.net le Samedi 23 Octobre 2021 à 11:11 | | 0 commentaire(s)|

Malèye Diop, candidat Apr déclaré à Thiès Nord à la charge: «Reconduire Lamine Diallo, c’est ouvrir la porte à Pastef»
Pourquoi voulez-vous être candidat à Thiès Nord ?

Ma candidature à Thiès Nord s’explique par le fait que je suis un acteur politique, membre de l’Apr. Et l’ambition de tout homme politique, c’est de gouverner. Thiès-Nord, qui est ma commune, manque de beaucoup de choses. Partant de ce constat, j’ai décidé de me présenter à l’élection municipale de janvier 2022.

Je constitue une alternative solide pour pouvoir diriger cette commune et apporter des solutions qui vont plaire aux populations, parce que celles-ci manquent de beaucoup de choses. L’Apr est très représentative dans cette commune et, je suis l’une des incarnations de l’Apr dans la commune de Thiès-Nord. Je milite depuis 2012 dans cette commune.

C’est vrai, je m’étais allié en 2014 avec feu Mamadou Dieng et on avait mis en place la coalition Mbollo defar Thiès. Nous ne nous étions pas entendus, à l’époque, sur les têtes de liste avec nos camarades de l’Apr, c’est pourquoi on était arrivés deuxièmes derrière la coalition And defar Thiès dirigée par l’actuel président du Conseil économique, social et environnemental, Monsieur Idrissa Seck.

Thiès-Nord est l’une des plus grandes communes de Thiès et manque d’infrastructures. Dans cette commune, le maire sortant n’est pas apprécié par les populations. Parce qu’il n’a pas fait en tout cas, ce qu’il devait faire. Il s’est adonné à des recensements fonciers, est allé dans les spéculations alors que les principales préoccupations des populations, c’est le redéploiement du marché central du poisson, des infrastructures qu’il faut mettre en place, le manque criard de sécurité.

A cela s’ajoutent les problèmes d’inondations. L’assainissement n’est pas une compétence transférée des collectivités, mais les maires ont en charge quand même d’épurer les caniveaux pour anticiper les problèmes des inondations. Tout cela n’a pas été fait dans cette commune.

Nous sommes assez outillés pour présider aux destinées de cette commune. Nous avons été formés dans les bonnes écoles et nous avons les capacités morales, physiques et intellectuelles, pour apporter des solutions meilleures.

Je veux être à la tête de cette commune pour élargir son portefeuille fiscal, ce qui va rehausser le budget. Dans cette commune, le budget de fonctionnement dépasse même le budget d’investissement parce qu’il y a un recrutement abusif du personnel municipal.

Le courant ne passe pas entre vous et vos alliés de Rewmi à Thiès. Qu’est-ce qui vous oppose vraiment, alors que vos patrons respectifs sont «mbourou ak sow» ?

Depuis cette alliance, comme on le dit «mbourou ak sow», les retrouvailles entre le Président Macky Sall et le Président Idrissa Seck, je me suis toujours évertué à être calme, en privé comme en public, ne pas poser un acte qui serait de nature à saper cette cohésion interne. Je n’ai aussi posé aucun acte qui discrédite ces retrouvailles qui concourent à pacifier l’espace politique et à calmer le jeu à Thiès.

Maintenant, cette alliance au niveau national est connue mais au niveau local, il n’y a jamais eu de discussions, de réunion pour harmoniser et savoir que nous sommes dans une coalition. Une coalition, comme on le dit en wolof, c’est du «And nawlé». Rewmi nous a rejoints, mais bien avant, il y avait une coalition qui nous a permis de gagner les élections présidentielle et législatives, même si, au niveau local, nous avons perdu les collectivités.

Mais pour le Nord, nous avons perdu parce que tout simplement en 2014, nous avions 2 listes. Et quand on fait, aujourd’hui, le cumul de nos voix de 2014, nous dépassons largement la coalition And Defar Thiès de Idrissa Seck qui dirige cette commune. Donc, ça doit nous inspirer à apprendre de nos erreurs. Les membres de Rewmi pensent que le Nord leur appartient.

A partir de ces éléments, chacun va apprécier et essayer d’être légitime parce qu’aujourd’hui, les membres de Rewmi pensent qu’ils doivent garder, dans le cadre de cette coalition, la commune Nord. Nous, nous estimons que Thiès Nord est la commune la plus prenable aujourd’hui, parce que si nous nous référons à 2014, nous savons que l’Apr est largement majoritaire. Mais si nous sommes dans une coalition au niveau national et qu’au niveau local, nous ne nous asseyons pas pour discuter et mettre ensemble en place des stratégies pour harmoniser afin d’asseoir les choses ; forcement, il y aura des divergences.

Rewmi considère Thiès comme un bastion inexpugnable. Est-ce que vous partagez cette conviction de ses membres ?

Je ne suis pas de cet avis. Si je prends l’exemple de ma commune, l’Apr est aujourd’hui largement majoritaire. Le baromètre de Rewmi, c’est un baromètre erroné. En 2014, Rewmi a gagné les élections parce que tout simplement, il y avait des listes dissidentes. Aujourd’hui, nous avons compris qu’il nous faut une dynamique unitaire. C’est ce qui nous a valu, cette année de dire : «Il n’y a pas de plan A, ni de plan B, il n’y a que le plan de Macky Sall qui vaille.»

La liste de Benno ira aux élections à l’assaut de la commune Nord. Et nous estimons que l’Apr doit diriger cette liste, parce que l’Apr est fortement majoritaire dans le Nord. Et à cela s’ajoutent les mutations que nous savons tous. Entre-temps, certains sont venus se joindre à nous, qui ont dissous leurs mouvements dans l’Apr et ensuite, d’autres ont quitté Rewmi pour aller ailleurs.

Il y a aussi le fait que les populations du Nord aujourd’hui ont bien critiqué la gestion de Lamine Diallo, ils l’ont clairement dit, ils ne veulent plus de lui.

Chercher à faire réélire Lamine Diallo de Rewmi, c’est ouvrir la porte de la mairie de Thiès Nord à Pastef. Partant de ces éléments, il nous faut du sang neuf. Parce qu’on ne peut pas faire du neuf avec du vieux. Il faut aller chercher le bon profil et puis le mettre sur orbite pour permettre, en tout cas, à la coalition Benno Bokk Yakaar de gagner largement les Locales de 2022 dans la commune Nord. Et j’estime que je constitue une alternative crédible pour porter la liste de Benno Bokk Yakaar.







Extraits de son entretien avec "Le Quotidien"


Titre de votre page Titre de votre page