leral.net | S'informer en temps réel

Marche nationale du 23 janvier 2018 : La CNTS appelle à la mobilisation et à la vigilance de tous les travailleurs


Rédigé par leral.net le Lundi 15 Janvier 2018 à 17:40 | | 0 commentaire(s)|


Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Texte liminaire de la conférence de presse de la CNTS sur la situation sociale
 
Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs les journalistes

La Confédération Nationale des Travailleurs du Sénégal vous souhaite la bienvenue à la Bourse du Travail et vous remercie d’avoir bien voulu répondre présent, pour la couverture médiatique de notre conférence de presse. Notre Confédération, leader incontesté du mouvement syndical sénégalais depuis sa création, a décidé, à travers cette conférence de presse, de s’adresser aux travailleurs, à l’opinion publique et aux Autorités gouvernementales et patronales, pour présenter clairement son analyse de la situation sociale du pays et les actions qu’elle entend mener à court terme afin de protéger les droits et les intérêts des travailleurs qui sont bafoués quotidiennement dans les entreprises, services et établissements.
 
Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs
Nous assistons présentement à une dégradation continue du pouvoir d’achat des travailleurs, à des remises en cause permanentes des droits et libertés syndicales, au développement du travail précaire et à la déprotection sociale dans les différents secteurs d’activité de l’économie. Dans la plupart des entreprises, nous assistons à des licenciements abusifs et à la généralisation des contrats à durée déterminée, en violation flagrante des dispositions du Code du Travail.
 
 La promotion de l’investissement national et étranger ne doit pas être synonyme de travail précaire ou de travail « indécent ».
 
Au même moment, l’Economie informelle patauge dans les difficultés en raison de l’absence de volonté politique du gouvernement qui tarde à mettre en œuvre la Recommandation 204 sur la transition de l’économie informelle vers l’économie formelle et son accès au financement. Il faut oser le dire, le monde du travail est dans la tourmente. Les travailleurs sont devenus les nouveaux pauvres du fait de l’inadaptation des grilles salariales au renchérissement du coût de la vie.
 
La Convention collective nationale Interprofessionnelle qui date de 1982, est devenue obsolète, de même que la plupart des Conventions de branches. Dans la Fonction publique, les dernières augmentations de salaire datent de 2004 et le gouvernement refuse de façon systématique, toute négociation sur des questions à incidence financière depuis 2010, avec comme prétexte la réalisation préalable d’une étude sur le système de rémunération des Agents de l’Etat.
 
Cette étude est bouclée depuis bientôt deux ans, sans partage des résultats avec les partenaires sociaux et sans l’ouverture de négociations sur les plateformes revendicatives déposées par les syndicats de la Fonction publique.

Les régimes indemnitaires créent des inégalités dans tous les corps de l’Etat, occasionnant une frustration toujours grandissante. Dans les collectivités locales, le cadre juridique instituant la Fonction publique locale est toujours à l’état de chimère, en raison des lenteurs dans l’application de la Loi et des décrets d’application et les 41 jeunes travailleurs de la Commune de Kaolack attendent d’être réintégrés, malgré les décisions de justice. Les travailleurs de ABS sont laissés en rade dans le projet de DIASS alors qu’ils bénéficient de la priorité d’embauche.
 
Les ex-travailleurs d’Air Sénégal international restent toujours dans l’attente de leur redéploiement dans la nouvelle société Air Sénégal. L’accord conclu avec la Direction générale de la SENELEC sur l’embauche des travailleurs prestataires, reste à finaliser. La retraite à 60 ans n’est toujours pas respectée par les employeurs dans beaucoup de secteurs d’activités. Des violations graves sont notées dans des secteurs comme l’agriculture et le gardiennage, faute de conventions collectives. Il s’y ajoute que des travailleurs sont licenciés pour le seul fait de réclamer des élections de délégués du personnel.
 
Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs
La situation décrite ci-dessus est pratiquement la même dans tous secteurs d’activité et dans la plupart des Entreprises. La CNTS, investie de la confiance de la majorité des travailleurs et fidèle à sa tradition d’organisation au service des travailleurs, assumera pleinement ses responsabilités en engageant la lutte au niveau national et international, pour exiger du Gouvernement et du Patronat : · L’augmentation conséquente généralisée et hiérarchisée des salaires dans la Fonction publique et dans le secteur privé ; · La révision de la Convention Collective Nationale Interprofessionnelle ; ·
 
La revalorisation des barèmes de salaire dans les différentes Conventions ; · Le respect des Accords conclus entre l’Etat, le Patronat et les organisations syndicales du secteur public et du secteur privé ; · La publication et le partage de l’Etude sur le système de rémunération des Agents de l’Etat ; · La revalorisation du SMIG et du SMAG ; 3 · L’effectivité de la Fonction Publique Locale ; · L’approfondissement et l’élargissement de la protection sociale des travailleurs ; · La formalisation de l’économie informelle conformément aux Normes Internationales du Travail ; · Le respect des droits et libertés syndicales ; · La promotion et la protection de l’emploi décent ; · L’évaluation du Pacte National de Stabilité Sociale et d’émergence Economique. Le plan d’action élaboré par la CNTS pour mener ce combat s’articule en plusieurs phases dont la première est une marche nationale qui sera organisée à Dakar le 23 janvier 2018. La lutte ne fait que commencer.
 
Elle s’étendra dans tous les départements du pays avec la mise en œuvre de plans d’action locaux par les Unions régionales. Toutes les actions syndicales conformes à la loi seront mises à contribution pour la satisfaction des préoccupations des travailleurs, condition sine qua non de la paix sociale dans le monde du travail.
 
Nous lançons un appel à la mobilisation et à la vigilance de tous les travailleurs pour la réussite des différentes actions à mener et en particulier la Marche nationale du 23 janvier 2018. Avant de terminer, nous remercions encore les journalistes et tous les travailleurs qui ont fait le déplacement pour participer à cette conférence de presse Merci de votre aimable attention.