Me Seydou Diagne : "Cette décision est la preuve qu’aucune décision ne peut empêcher Karim de…"


Rédigé par leral.net le Mercredi 14 Mars 2018 à 14:19 | | 0 commentaire(s)|

Nouvelle douche froide pour l’Etat du Sénégal. La Cour d’appel de Paris a rejeté mercredi, la saisie des biens de Karim Wade et de Bibo Bourgi, confirmant le jugement rendu en première instance en septembre 2016.

En 2015, l’Etat du Sénégal avait formulé une demande d’entraide pénale internationale au parquet national financier de Paris, lui sollicitant la saisie et la confiscation de plusieurs biens dont des appartements, appartenant aux deux hommes. Mais, le Tribunal de grande de la même juridiction avait considéré que l'enrichissement illicite reproché à Karim Wade et Bibo Bourgi, pour lequel ils avaient été définitivement condamnés par la Cour suprême en 2015, n’avait pas d’équivalent dans le droit français, renseigne Jeune Afrique.

"C’est une nouvelle victoire judiciaire pour Monsieur Karim Wade. Nous en sommes très satisfaits", s 'est félicité Me Seydou Diagne, avocat de Karim Wade, interrogé par la RFM. Pour lui, c’est la preuve que la décision rendue par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) relève d’une "manipulation de la justice" et d’un "complot politique".

"A la suite de la condamnation scandaleuse de Monsieur Karim Wade, l’Etat du Sénégal a cherché à exécuter cette décision devant la Justice française. Il y a un an et demi, Karim Wade avait gagné le procès. Mais l’Etat n’avait pas lâché prise et avait fait un appel devant la Cour d’appel de Paris, toujours sur le fondement de la fameuse décision de la Crei. Ce matin, celle-ci nous a donné raison. C’est la preuve que la décision de la Crei qui est le produit d’une manipulation et d’un complot politique contre notre client pour l’empêcher à se présenter à la prochaine présidentielle, ne peut pas passer", a expliqué Me Diagne.

Il ajoute qu’aucune décision de justice ne peut empêcher son client de se présenter à l’élection présidentielle. "Le message de la Cour d’appel de Paris qui est une juridiction, impartiale, au standard international, est très fort. Elle a refusé de cautionner ce qui semble être une décision totalement scandaleuse de condamnation de Karim Wade. C’est la preuve que Karim Wade va exercer ses droits civiques et politiques conformément à la Constitution du Sénégal et qu’aucune manipulation que ce soit à travers la décision de la Crei soit par un autre procédé, ne l’empêchera de se présenter à l’élection présidentielle de 2019", prévient Me Seydou Diagne.





Leral.net