Leral.net - S'informer en temps réel

Ouverture du procès d’Al Hassan devant la CPI, la « cheville ouvrière » des islamistes pendant l’occupation de Tombouctou

Rédigé par leral.net le Lundi 13 Juillet 2020 à 12:04 | | 0 commentaire(s)|

La Cour de La Haye jugera à partir du 14 juillet Al Hassan, pharmacien vétérinaire devenu commissaire de la police islamique à Tombouctou. Ce Malien est accusé de crimes de guerre et crimes contre l’humanité pour des faits commis de 2012 à 2013 à Tombouctou.


Ouverture du procès d’Al Hassan devant la CPI, la « cheville ouvrière » des islamistes pendant l’occupation de Tombouctou
Quatre ans après le procès d’Ahmad Al Faqi Al Mahdi, condamné à neuf ans de prison pour des destructions de mausolées, c’est au tour du malien Al Hassan Ag Abdoul Aziz Ag Mohamed Ag Mahmoud – dit « Al Hassan » – de se présenter devant les juges de la Cour pénale internationale (CPI). Contrairement à son compatriote, il sera aussi jugé, à partir de ce mardi 14 juillet, pour des crimes visant des individus. Une première pour la CPI. Accusé de crimes de guerre et crimes contre l’humanité, il est notamment soupçonné de torture, persécution, viol, esclavage sexuel et traitements cruels.

Ces faits ont été commis lors de l’attaque de Tombouctou par les groupes armés Ansar Eddine (« Les défenseurs de la religion ») et Al-Qaïda au Maghreb islamique (« AQMI ») entre avril 2012 et janvier 2013. Ce Touareg de la tribu des Kel Ansar aurait appartenu au groupe Ansar Eddine pour lequel il exerçait les fonctions de commissaire de police.
JeuneAfrique


Titre de votre page Titre de votre page