leral.net | S'informer en temps réel

PRODAC : Après le scandale des 29 milliards et le marché des 500 millions de la société TIDA, le rififi continue


Rédigé par leral.net le Dimanche 12 Août 2018 à 13:57 | | 0 commentaire(s)|

Le Programme National des Domaines Agricoles Communautaires (PRODAC) a été traîné en justice par l'ancien Coordonnateur Jean Pierre Senghor, pour 15 millions.

Quand Jean Pierre Senghor quittait en janvier 2017, le Programme National des Domaines Agricoles Communautaires (PRODAC)  lui devait 15 millions qui constituaient trois années d’indemnités de congés.

Il n'a cessé d'écrire à la Direction du PRODAC qui n'a même pas daigné répondre et pire encore, le nouveau Coordonnateur du PRODAC, Mamina Daffé a dit à qui veut l'entendre, que son nouvel ami, le Ministre Mame Mbaye NIANG (en son temps Ministre de la Jeunesse)  lui a demandé de ne rien payer du tout. Monsieur, Jean Pierre Senghor a donc commis récemment un avocat pour saisir le tribunal du travail.

Sachant que l'affaire commence à devenir sérieuse, Mamina Daffé a également eu recours au cabinet de Me Aliou Sow (actuel DG de la SAPCO et ami intime de Mame Mbaye NIANG), qui a mis à sa disposition un avocat. Finalement, Mamina Daffé se rendit compte qu'il n'a d'autre solution que de payer. Sauf que sa proposition renvoie le plaignant aux calendes grecques. 

Cette proposition consiste à payer en 3 tranches:
Première échéance : fin décembre 2018.
Deuxième échéance: Décembre 2019
Troisième échéance: Décembre 2020.
Cette proposition jugée « yabaté » est catégoriquement rejetée.
Foutaises ! 
Renvoyer quelqu’un à une date à laquelle tu n’es même pas sûr d’être encore là. 

Cette affaire risque de déclencher une autre plainte ;  celle d'une vingtaine d'ex-agents du PRODAC qui se sont constitués en collectif. Ces ex-agents voulaient traîner en justice le PRODAC et son coordonnateur Mamina Daffé depuis l’année dernière mais c’est Monsieur Jean Pierre SENGHOR qui les en a dissuadés.  

Nous allons maintenant porter plainte pour licenciement abusif, rupture de contrat et refus de paiement des indemnités…

Apres le scandale des 29 milliards sans oublier le marché des 500 millions de la société TIDA,  cela risque encore de chauffer ces prochains jours pour le PRODAC.



Cliquez-ici pour regarder plus de videos