leral.net | S'informer en temps réel
Dimanche 1 Mars 2020

Piste motos de Sindia: Kamil RAHAL « piste » et « détourne » l’objectif


( Fin) Le Boss de Terrou Bi, Kamil RAHAL semble être un « As » dans le détournement d’objectif. La piste Motos de Sindia en est une illustration parfaite. L’homme d’affaires, a bénéficié de plusieurs hectares de terre à Sindia. Au début, il avait demandé l’octroi de ce périmètre pour en faire une piste Motos. A l’aboutissement, l’homme d’affaires y a érigé un mur de clôture pour en faire sa propriété.



Piste motos de Sindia: Kamil RAHAL « piste » et « détourne » l’objectif
Rien n’est de trop pour satisfaire ses moindres désirs. Kamil RAHAL s’illustre davantage dans le détournement d’objectif. Le patron de Terrou Bi avait bénéficié de plusieurs hectares de terre à Sindia. Ainsi, il avait obtenu une autorisation temporaire. A l’aboutissement, il a dressé un mur de clôture autour de la piste pour en faire son patrimoine. Personne ne sait davantage, quelle a été sa procédure finale pour s’offrir ces hectares de terre dans une localité aussi stratégique.

N’empêche, une source bien informée de ses activités et pratiques, signale que plusieurs agents des Impôts et des Domaines, acquis à sa cause, bénéficient de logements dans son hôtel, Terrou Bi. Ces derniers, logés et nourris à sa charge, sont, dénonce-t-on, prêts à satisfaire ses moindres désirs dans les domaines fonciers et fiscaux.

L’affairiste, expert dans son domaine sait comment s’y prendre avec ces hommes, dotés de pouvoirs, qui en usent comme bon leur semble. Loin de soucier du devenir économique des Sénégalais, ils profitent des offres mondaines, tirées d’une posture temporelle. Ces agents croquant la belle vie à pleines dents, passent leurs moments d’intimité avec de belles nymphes, issus de familles démunies qui fuient le calvaire de la vie et de la souffrance.

Au même moment, l’économie en pâtit de manière dangereuse, la souffrance des populations va crescendo. Le mal et la misère se propagent en plein midi. Et la mauvaise répartition de l’économie freine l’épanouissement des citoyens. Alors qu’il aurait juste fallu une bonne gestion des ressources foncières et une bonne tenue de la fiscalité, pour aider à construire des hôpitaux, des écoles et d’autres biens publics… Et, le tour serait joué.

Malheureusement, avec l’égoïsme de certains agents de l’Etat, bien traités en termes de salaires et d’avantages, ils se sucrent sur le dos de Sénégalais. Ces derniers, constate-t-on, considérés comme de simples citoyens, sans argent ni compte bancaire, continuent ruminer silencieusement leur souffrance. Ces Sénégalais qui semblent être des damnés de la société, trimant sous la chaleur dans des chantiers et autres, peinent à gagner durant toute une journée plus de 2 000 FCfa.

Au même moment, ces privilégiés alimentaires, sans « scrupule », profitent de manière égoïste avec leurs postures de chef de… ou de Directeur de…Tout cela, fait qu’aujourd’hui, les comptes ou caisses de l’Etat, sont à sec. Puisque, ceux qui devraient permettre à l’Etat de tenir, négocient à prix d’or et pour leurs propres comptes, les biens communs ou ressources du pays. Résultat ,l’économie détournée dort souvent, dans des comptes bancaires bien masqués ou dans la construction d’immeubles à plusieurs étages dans des quartiers huppés de la capitale ou dans des zones où l’économie rentière est profitable.

Ailleurs, il a été constaté que ce sont des hommes d’affaires comme les frères RAHAL qui offrent des possibilités, en échange de services de l’Etat. Tout simplement, il obtient une certaine gratification injustifiée. Et, des « parasites » de la société, en profitent pour exécuter ou faciliter des services, au détriment de la communauté.


Fin



La rédaction de leral...



Titre de votre page Titre de votre page