a
leral.net | S'informer en temps réel

Société Africaine de Raffinage : Bras de fer autour d’un déficit de trésorerie de 40 milliards de Fcfa

Selon nos informations, un « trou » de 40 milliards de Fcfa secoue la Société africaine de raffinage (Sar). Un gap scandaleux qu’on tente par des moyens vicieux, de mettre sur le dos de l’Etat.


Rédigé par leral.net le Mardi 10 Avril 2018 à 10:25 | | 0 commentaire(s)|

""Libération est en mesure de révéler que Locafrique Holding, qui a racheté les parts de Saudi Bin Laden à la société africaine de raffinage (Sar), en plus de mobiliser 70 millions d’euros pour la modernisation de la société, a finalement servi une sommation à la Direction générale. En cause, des informations faisant état d’un trou de 40 milliards de Fcfa dans la trésorerie de la SAR qui indexe des… « pertes commerciales fictives ».

Sommé de s’expliquer sur l’exactitude ou non de ces informations en plus de contrats qu’il aurait signé avec ORYX pour les cargaisons de brut, en les dissimulant au Conseil d’administration, la Direction générale n’a fourni aucune explication. Pour ne pas dire qu’elle fait le mort.

Depuis la dernière rencontre du Conseil d’administration en date du 23 décembre 2017, la SAR traverse une situation des plus ténébreuses. Placé dans le collimateur du CA, le Directeur général est toujours en poste alors qu’il a été débarqué à l’unanimité par le Conseil d'Adminitration et que le budget de la Sar n’a pas été approuvé par le même Conseil d’administration.

Le plus grave dans cette affaire, c’est que la Direction générale tente de faire payer à l’Etat ces 40 milliards Fcfa qu’elle présente comme des « pertes commerciales ». Or, les spécialistes estiment qu’il n’en est rien et dénoncent du fonds de soutien à l’énergie (FSE) qui a validé « ces pertes » qu’on essaye aujourd’hui, de faire payer au ministère des Finances.

Le fait le plus insolite est que bien que la SAR soit une société privée, le ministre du Pétrole, Mansour Elimane Kane, s’est introduit par effraction dans ce contentieux pour « appuyer » la Direction de la SAR. N’empêche, des sources autorisées renseignent que le Président Macky Sall a été ahuri lorsque ces informations ont été portées à sa connaissance. Qui plus est, c’est la SAR qui risque de se retrouver sur la paille et à l’arrêt, avec ces nébuleuses tous azimuts puisque le plan de modernisation de Locafrique est de fait retardé par des intérêts crypto-personnels.







Libération

 



Cliquez-ici pour regarder plus de videos