Leral.net - S'informer en temps réel

La césarienne avant, pendant et après : comment la gérer?

Rédigé par leral.net le Mardi 26 Mars 2019 à 11:10 | | 0 commentaire(s)|

J’avais déjà eu 3 bébés par voie basse. Je me considérais comme une sorte de super guerrière. J’imaginais la césarienne de loin, comme étant un non accouchement réel, une voie facile. Je m’étais lourdement trompée. Avec ma fille Hava, je réalisais en fait une expérience : La césarienne est une réelle épreuve. Comment la traverser, la gérer et la surmonter avant et après ? Je vous partage plusieurs idées utiles et efficaces.

L’annonce de la césarienne

Plusieurs causes peuvent mener vers cette opération : Le poids de bébé, une tension artérielle trop élevée à terme, une souffrance fœtale, etc. Je lis souvent des mères qui refusent le verdict des médecins et qui estiment une exagération dans la prescription de cet acte chirurgical. Mesdames, ce déni peut être dangereux voire fatal. Apprenez à faire confiance à vos soignants. Ils vous suivent dès le début de votre grossesse et savent mieux que votre entourage ou internet, ce qu’il vous faut. En cas de doutes, vous pouvez demander un autre avis médical.

Par-dessus tout, gardez à l’esprit qu’une césarienne vaut mieux qu’un drame. L’annonce d’une césarienne peut être très difficile à accepter. Entre peur de la douleur ou de l’inconnu, déception de « ne pas pouvoir accoucher comme tout le monde », inquiétudes quant aux moyens financiers que cela implique, les craintes se bousculent. C’est humain. Préparez-vous à l’idée. Parlez-en à votre médecin. Demandez-lui des explications sur ce qui se passera et les raisons évidentes. Il trouvera les mots pour soulager vos angoisses et vous aidera à percevoir ce passage sans idées reçues.

L’après césarienne, Bébé est né

C’est maintenant que vous sentirez vos premières douleurs. Ne vous inquiétez pas. Si elles sont vives pour certaines, elles le sont moins pour d’autres. Angeline se confiait à moi : « je n’ai pas été ébranlée tel que je l’avais imaginé. Le lendemain, je marchais déjà et je m’occupais correctement de mon fils ».

Dans tous les cas, à votre réveil, vous allez sentir des douleurs puisque l’effet de l’anesthésie disparaît lentement. Vous recevrez un traitement antalgique pour les gérer. Aussi, même avec l’accouchement par césarienne, vous pourrez ressentir les fameuses contractions utérines qui surviennent après la naissance: “les tranchées”.

Cela pourra être difficile à cause de la plaie encore fraîche. Mais, elles aident à expulser la muqueuse. Vous saignerez d’ailleurs plus qu’un accouchement par voie basse. Ne vous fermez pas pendant cette étape. Parlez à votre époux, vos parents présents, votre médecin. Ne culpabilisez pas pour bébé que vous négligerez surement. Vous aurez toute la vie pour le câliner. Après un sommeil réparateur, les douleurs s’apaiseront. Un régime très léger vous sera imposé. Plus de riz ni d’ attiéké, encore moins de foutou. Respectez les prescriptions scrupuleusement pour éviter des problèmes de transit intestinal, les jours qui suivent.

Vous pouvez allaiter votre bébé sans problème. Sur la voie de la guérison Dans la moyenne, les femmes sont capables de marcher après 3 jours. Si vous n’y arrivez pas, ce n’est pas bien grave. J’ai franchi le pas moi-même, après 5 jours. Ne forcez pas. Demandez de l’aide pour vous déplacer. Ne portez rien de plus lourd que votre bébé. Limitez-vous à lui concernant toutes vos tâches quotidiennes. Préférez la posture allongée. Faites de longues siestes. Faites-vous aider de papa, d’une parente ou d’une très bonne amie. Si vous avez de grands enfants, mettez leurs efforts à contribution.

Évitez absolument des sources de stress. Choisissez donc un entourage bienveillant. Après une semaine ou deux, la plaie sera complètement cicatrisée. Ne l’exposez pas au soleil. Elle peut être sensible pendant des mois. Vous pouvez la masser avec de l’huile d’amande pour un rendu plus esthétique. Ignorez la sensation d’insensibilité qui arrive très souvent à cette zone longtemps après. Il n’y a rien d’anormal. Restez Zen. Respirez. De toutes les façons, vous venez de donner la vie. Il n’y a rien de plus magnifique !








afriquefemme.com


Titre de votre page