Leral.net - S'informer en temps réel

La ménopause précoce a des conséquences sur la santé des femmes

Rédigé par leral.net le Jeudi 23 Janvier 2020 à 13:45 | | 0 commentaire(s)|

La ménopause précoce multiplierait par trois le risque de maladies chroniques, d'après une nouvelle étude australienne.


La ménopause précoce a des conséquences sur la santé des femmes
Maladies cardiovasculaires, diabète, ostéoporose… Autant de maladies auxquelles les femmes ménopausées prématurément, c’est-à-dire avant l'âge de 40 ans, seraient particulièrement exposées, selon des nouvelles recherches publiées dans la revue Human Reproduction.

Pour le découvrir, des chercheurs de l'Université du Queensland (Australie) ont suivi plus de 5 000 femmes âgées de 45 à 50 ans, entre 1996 et 2016. Ces dernières ont dû indiquer au préalable si elles avaient été confrontées à un des problèmes de santé suivant au cours des trois dernières années : diabète, tension artérielle, maladie cardiaque, accident vasculaire cérébral, arthrite, ostéoporose, asthme, maladie pulmonaire obstructive chronique, dépression, anxiété ou cancer du sein.

Ménopause : un risque de maladie multiplié par trois

Après avoir analysé 20 ans de données, les chercheurs ont constaté que 71% des femmes ménopausées prématurément avaient développé des maladies chroniques et multiples à 60 ans, contre seulement 55% des femmes qui avaient été ménopausées à partir de 50 ans.

Mais ce n’est pas tout : après avoir écarté les facteurs potentiellement responsables de ces maladies, comme l’obésité par exemple, les scientifiques ont découvert que les conséquences de la ménopause précoce sur la santé étaient encore plus importants, et multipliait par trois le risque de maladies.

Des résultats qui dessinent de nouvelles pistes concernant la prise en charge des patientes touchées par une ménopause précoce : "Les professionnels de la santé devraient envisager de fournir un dépistage complet et une évaluation des facteurs de risque lors qu’ils traitent ces femmes", conclut le professeur Gita Mishra, auteure principale de l’étude.





Source : Autre presse


Titre de votre page