leral.net | S'informer en temps réel

Réinsertion: Une réponse au casse-tête des migrants de retour

La capitale du Nord a abrité, ce week-end, les manifestations marquant la célébration de la Journée internationale du migrant, édition 2021. Une occasion pour la Direction générale d’appui aux Sénégalais de l’extérieur (DGASE) d’expliquer, surtout aux jeunes, qu'il est bien possible de rester au pays et d’y réussir sa vie. Mais c’est aussi un casse-tête pour les migrants de retour.


Rédigé par leral.net le Mardi 21 Décembre 2021 à 09:42 | | 0 commentaire(s)|

Réinsertion: Une réponse au casse-tête des migrants de retour
Les panels organisés autour du thème 2021 : ‘’Le Baos, plateforme de la territorialisation de la politique migratoire du Sénégal’’, ont été des tribunes pour identifier, hiérarchiser et repenser les orientations stratégiques de la Direction générale d’appui aux Sénégalais de l’Extérieur.

L’occasion a aussi été saisie pour échanger sur une meilleure prise en charge des préoccupations des migrants de retour, en transit et ceux établis à l’étranger. Le directeur de la DGASE a rappelé que la vieille cité est une zone de départ et de transit, à sa frontière avec la Mauritanie. D'où la nécessité d’y ouvrir un Bureau d'accueil, d'orientation et de suivi (Baos).

‘’La ville de Saint-Louis a enregistré beaucoup de morts dans l’émigration clandestine. Raison pour laquelle les jeunes ont besoin d'être écoutés, orientés sur les bonnes opportunités de réussite’’, a expliqué Amadou François Gaye. Il est d’avis que la question migratoire est transversale.

‘’C'est pourquoi nous avons signé une convention de financement de 3 milliards de francs CFA avec la Der et le Fes qui est une entité du ministère des Affaires étrangères, ainsi que d'autres structures comme l'Agence nationale de l'aquaculture, qui facilite des formations dans ce domaine’’, a-t-il déclaré.

Pour M. Gaye, les Bureaux d'accueil, d'orientation et de suivi (Baos) nouvellement lancés, auront pour rôle d'accompagner les jeunes migrants de retour et ceux qui veulent prendre la mer dans la réintégration, la réinsertion, mais également, la formation et le financement.

‘’Des fonds régionaux financés à hauteur de 9,5millions d'euros par l'Union européenne sont disponibles dans les régions pour accompagner les migrants de retour dans leurs projets individuels ou collectifs, dans divers secteurs d'activité’’, a signalé le Directeur général des Sénégalais de l’Extérieur, Amadou François Gaye.

La célébration de la Journée du migrant a aussi été l'occasion, pour l’Union européenne, de partager les accords et conventions signés avec le Sénégal sur la question migratoire. Pour la cheffe de section politique à la délégation de l'Union européenne, Armonie Curtitius, les conventions paraphées avec le Sénégal sont faites sur la base d'une approche inclusive sur différents piliers agréés.

‘’Dans les conventions et accords internationaux, on prend en compte les différentes dimensions des questions migratoires, de développement, d'opportunités, en termes d'emplois, de formation et de réussite pour la jeunesse, en partenariat avec l'Etat sénégalais’’, a-t-elle soutenu.

Concernant le Sénégal, Mme Armonie Curtitius a rappelé que les stratégies mises en place consistent à aller vers la population dans les localités concernées et à présenter à la jeunesse les opportunités qui s’offrent à elle. Toutefois, elle renseigne qu’il y a également des stratégies globales comme le Pacte mondial pour les migrations, le Processus de Rabat, les cadres aux niveaux régionaux et les cadres conjoints, pour faire face à la migration irrégulière avec son lot d'abus et de catastrophes.






EnQuête


Titre de votre page Titre de votre page