leral.net | S'informer en temps réel

Relations heurtées entre Macky et Abc : la rupture se dessine


Rédigé par leral.net le Jeudi 26 Juillet 2018 à 09:48 | | 0 commentaire(s)|

Relations heurtées entre Macky et Abc : la rupture se dessine

Cliquez-ici pour regarder plus de videos
Où va s’arrêter l’insoumission ouverte d’Alioune Badara Cissé (ABC), médiateur de la République, contre sa matrice politique, l’APR ? Ses partisans, les « abécédaires «, ont sorti un communiqué la semaine dernière pour répondre à celui du Dg de l’Artp Abdou Karim Sall, qui mettait en doute la loyauté de l’ancien numéro 2 de l’Alliance pour la République envers le chef de l’Etat.

Une partie de la réponse a retenu l’attention d’Enquête. « ABC n’est ni maire de Saint-Louis encore moins président de la République. Il n’est en rien responsable de l’indifférence de votre chef de président de la République et chef de votre parti qui observe en bon lion qui dort, le naufrage de la langue de Barbarie », ont répondu ces jeunes à la question de de M. Sall, qui se demandait ce qu’avait fait ABC pour sa ville d’origine Saint-Luois.

En dehors de la fameuse métaphore animale, on remarquera l’usage exclusif du possessif « votre ». Une réponse qui en dit long sur la faille quoi ne cesse de s’agrandir entre Macky Sall et l’un de ses tout premiers soutiens.

Avec cette dernière sortie, le médiateur de la République assume donc sa rébellion interne. Et ils sont de plus en plus nombreux au sein du parti présidentiel, à demander son limogeage alors que son mandat est de 6 ans renouvelable. ABC est un des fidèles de la première heure de l’Apr et cette légitimité lui confère une certaine liberté de ton qui lui a déjà valu sa place de chef de la diplomatie et numéro 2 d’un parti dont la structuration n’est pas complètement arrivée à terme.

« Ce qui’ s’est passé au mois de juillet (2017) lors des élections législatives, tout le monde sait que ce n’est pas normal. Les cartes d’électeurs étaient introuvables. Le gouvernement a le devoir de résoudre ce problème, parce que c’est inadmissible », avait-il affirmé le 25 février dernier. Même s’il a précisé que sa qualité de médiateur de la République, et donc de citoyen, l’a poussé à pareille déclaration, aujourd’hui encore, la braise qui dormait sous les cendres de sa première insoumission s’est ravivée à travers cette sortie dans laquelle ses partisans rallient le président de la République. A moins de 7 mois de la Présidentielle, certains observateur et même des responsables de l’Apr, n’excluent pas l’hypothèse de le voir tourner le dos à Macky Sall.





Enquête