leral.net | S'informer en temps réel

Restitution des biens culturels africains: le recteur de l’Ucad fustige « l’arrogance de l’Occident »

Le rapport de l’économiste sénégalais Felwine Sarr et de l’historienne française Bénédicte Savoy sur la restitution des biens culturels africains, a créé une polémique sur la capacité des Africains à conserver ces œuvres. Mais pour le recteur de l’Université Cheikh Anta Diop, le professeur Ibrahima Thioub, cela montre l’arrogance de l’idéologie coloniale.


Rédigé par leral.net le Jeudi 29 Novembre 2018 à 10:20 | | 0 commentaire(s)|

L’épineuse question de la restitution des biens culturels africains détenus par les musées français est l’objet d’une vive controverse. Les plus critiques se demandent si l’Afrique a la capacité de garder ses œuvres ? Ce, suite au rapport de Bénédicte Savoy et Felwine Sarr.

Mais, selon le recteur de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, professeur Ibrahiama Thioub, s’interroger sur la capacité des Africains à conserver ces œuvres, si on les leur restitue, est une fausse question qui montre l’arrogance de l’idéologie coloniale. Car, pour le recteur, les sociétés africaines, les Africains ont produit ces œuvres, les ont conservés pendant des siècles avant que la violence coloniale ne s’en empare.

« La conquête coloniale, par sa violence abrupte, a capté ces biens culturels, les a muséalisés, alors que ceux-ci, pour les sociétés qui les possédaient, n’étaient pas destinés à des musées. Au moment de les restituer, on soulève un faux débat, se demandant si les Africains sont capables de les conserver. Les Africains ont montré qu’ils sont capables de les conserver, parce qu’ils les ont produits », a-t-il fustigé.






Enquête



Cliquez-ici pour regarder plus de videos