leral.net | S'informer en temps réel

Santé
Pourquoi il faut vraiment éviter les aliments ultra-transformés si vous voulez perdre du poids
En matière de santé, la nourriture ultra-transformée est pointée du doigt pour de nombreux problèmes de santé, parmi lesquels l'obésité. D'après une récente étude américaine, ces aliments nous pousseraient à consommer plus de calories et donc, à prendre du poids. Des variations hormonales pourraient en être la cause.

Il n’y a sur le sujet aucune ambiguïté : les aliments ultra-transformés sont en grande partie responsables de la hausse alarmante de l’obésité, qui a, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), presque triplé dans le monde depuis 1975. Glucides, sucres ajoutés, sel et matières grasses, allègrement incorporés dans ce type de nourritures, font partie de la liste des accusés.

Mais selon une petite, mais très sérieuse étude américaine publiée jeudi 16 mai dans le journal Cell Metabolism, ces aliments pousseraient à ingurgiter davantage de calories qu'un régime sain équivalent en termes d'apports énergétiques et engendreraient une prise rapide de poids. Cela pourrait être dû, selon les chercheurs, à des changements hormonaux liés à l'alimentation.

Des régimes différents aux apports équivalents

Pour cette étude, les scientifiques ont recruté vingt participants - dix hommes et dix femmes - âgés de 31 ans en moyenne. La première moitié s’est nourrie de manière équilibrée et l’autre s’est alimentée avec de la nourriture ultra-transformée. Trois repas par jour, plus des en-cas, leur ont été proposés dans des quantités non limitées. Un petit-déjeuner ultra-transformé pouvait par exemple consister en un bagel avec du fromage à tartiner et du bacon de dinde, alors que le repas "plus naturel", proposait du gruau avec des bananes, des noix et de lait écrémé, détaillent dans un communiqué de presse, les National institutes of health. Pour les deux régimes, les chercheurs se sont assuré qu'ils fournissaient à peu près la même quantité de calories, de glucides, de graisses et de sucres.

500 calories de plus par jour et une prise de poids importante

La batterie de tests destinés à évaluer l'évolution du poids, de la masse graisseuse ou encore des hormones, à laquelle ont été soumis les participants, aurait donc du, en théorie, révéler des conclusions similaires. Il s'est pourtant avéré que la nourriture ultra-transformée a conduit les individus à consommer 500 calories de plus que les autres par jour. Des apports supplémentaires qui ont entraîné la prise d’en moyenne 900 grammes en deux semaines.

"Il s’agit d’une quantité de calories considérable, et elle s’est traduite par une modification importante du poids et de la graisse corporelle sur une période relativement courte", s’étonne auprès du New York Times, Kevin Hall, l’auteur principal de l’étude et spécialiste de l’obésité à l’Institut national de diabète, de la digestion et des maladies rénales. "J’ai été surpris par l’ampleur des changements que nous avons pu observer". Les participants qui ont mangé équilibré, eux, ont perdu du poids.

Plusieurs pistes de recherches

Pour les chercheurs, les raisons de ces différentes évolutions restent encore inexpliquées. Interviewé par ABC News, Kevin Hall fait remarquer que les participants soumis au régime ultra-transformé avaient tendance à manger plus vite que les autres, ce qui ne laisserait pas le temps à leur corps de signaler à leur cerveau qu'ils sont repus. "Cela pourrait s'expliquer par une question de texture ou de propriétés sensorielles des aliments", soulève-t-il. Le scientifique note aussi les aliments proposés dans le régime ultra-transformé, sont plus denses en calories que les autres. "Étant donné que ce sont des portions plus petites, si vous mangez à peu près le même nombre de grammes de ces aliments, vous recevrez naturellement plus de calories."

Une analyse du taux d'hormones des participants soulève une autre hypothèse : le niveau de l’hormone destinée à couper l’appétit, PYY-36, a augmenté chez les personnes se nourrissant d'aliments non transformés, tandis que l’hormone qui stimule la faim, la ghréline, a chuté. Kevin Hall et son équipe comptent désormais réaliser d’autres études pour comprendre pourquoi l’alimentation ultra-transformée pousse ses consommateurs à ingurgiter davantage de calories et à prendre du poids.





afriquefemme
Fistule : un centre de réinsertion pour les malades ouvre ses portes
Les femmes souffrant de fistules obstétricales vont pouvoir retrouver le sourire. Un centre d’accueil et d’appui à leur réinsertion facilitant la prise en charge a été inauguré par le ministre de la Femme, Salimata Diop Dieng.

C’était à l’occasion de la célébration de la Journée internationale pour la lutte contre la fistule obstétricale.

Ledit centre a une capacité d’accueil de 20 lits et ses services s’articulent autour de l’hébergement, l’accompagnement psychosocial et le soutien financier pour la prise en charge médicale.

« La prise en charge des malades de la fistule obstétricale a été renforcée. En réalité, cette maladie est très gênante, parce que les femmes atteintes sont souvent exclus de la société. Donc, cette prise en charge est importante par rapport à leur situation », a indiqué le ministre.

Par ailleurs, Dr Issa Labou a révélé que chaque année, plus de 400 femmes sont opérées de la fistule obstétricale.





L’Observateur

Les fruits, alliés d’une alimentation saine et équilibrée, peuvent cependant aussi... nous rendre très malade. Certains sont acides, voire toxiques, d'autres totalement incompatibles avec des traitements courants. Le point avec Alexandra Retion, nutritionniste.


Intoxications, interactions... : ces fruits banals peuvent vous mettre en danger
Des noyaux toxiques

On connaît tous les nombreuses vertus des fruits pour la santé. On n'entend en revanche rarement parler de fruits à éviter lorsqu'on est sous traitement médicamenteux, ou encore des règles à respecter pour qu'ils ne nous rendent pas malade. A tort, car les fruits et légumes comportent de vrais risques.

Parmi les risques méconnus des fruits, il y a d'abord ceux que comportent leurs noyaux. Certaines personnes auront effectivement tendance à croquer un peu, voire beaucoup le noyau de leur fruits. Elles ne devraient pas.

Alexandra Retion notre nutritionniste explique qu’il faut mieux l'éviter. Les noyaux contenus par exemple dans l’abricot, la pêche, la prune et les cerises peuvent être assez toxiques et mener à un empoisonnement. Il est donc recommandé d’enlever le noyau et de ne surtout pas s’amuser à le sucer.

L’abricot, la prune et la cerise sont au top 3 des fruits les plus dangereux pour la toxicité de leur noyau : ils contiennent naturellement de faibles quantités de cyanure. Or une quantité à haute dose peut peut être mortelle.

La nutritionniste rassure cependant, même s'il ne faut pas croquer, les cas d'intoxication sont rares. Il faut en effet avaler des noyaux en quantité importante pour risquer un empoisonnement grave.

Autre risque méconnu des fruits : leur acidité. Adeptes du verre de citron pressé le matin, méfiez-vous. Même si ce fruit dispose de nombreuses vertus, il peut avoir un impact négatif sur votre santé.

Il faut faire attention aux doses. En petites quantités, le citron aide à blanchir les dents par exemple, mais, comme tout aliment acide, en grande quantité, il abîme l’émail et favorise ainsi une sensibilité dentaire au chaud et au froid.

Le citron peut également irriter les muqueuses et provoquer des aphtes. L’absorption régulière de citron peut aussi provoquer des brûlures d’estomac. S’il aide à digérer, en trop grande quantité, il peut provoquer des nausées avec des reflux gastro-oesophagiens, et des douleurs abdominales.

Pamplemousse, avocat : dangereux avec ces médicaments

D’après plusieurs études, le jus de pamplemousse est déconseillé en cas de traitements médicamenteux. En effet, il est connu pour augmenter la fréquence et la gravité des effets indésirables des médicaments, mais peut également limiter leur efficacité.

Alexandra Retion nous explique : "ce fruit a la capacité de bloquer une enzyme indispensable pour agir contre la maladie. De plus, certains médicaments sur ordonnance et en vente libre comprennent des avertissements contre la consommation de jus de pamplemousse lors de leur prises comme les statines prescrites pour abaisser le taux de cholestérol ou de médicaments contre l’hypertension artérielle."

Quant à l’avocat, il est particulièrement riche en vitamine K. Cependant, notre spécialiste rappelle que ce fruit est à éviter lorsque l’on prend des médicaments anticoagulants : "Il va forcément faire l’opposé de ce que va faire le médicament. Certains anticoagulants nécessitent des apports en vitamine K relativement stables d’un jour à l’autre." Il faut donc consulter son médecin pour savoir comment intégrer au mieux l’avocat dans son alimentation quotidienne si l'on est sous traitement.

Fruits secs et baies : méfiez-vous !

Les fruits secs (ou fruits séchés tels que les abricots, raisons, bananes, pruneaux, etc...), ont de nombreux bienfaits mais doivent tout de même être consommés avec modération, en raison de leur forte teneur en glucides.

Alexandra Retion explique : "Avec les fruits séchés, on ne se rend pas forcément compte de la quantité de sucre qu’on va prendre. Par exemple, dans un vrai abricot, il y a plus d’eau, donc si on mange 3 abricots on ne va pas être rassasié de la même manière qu’en mangeant des fruits séchés. En aucun cas les fruits séchés, riche en sucres, ne remplacent un 'vrai' fruit."

Attention également, aux baies. Les baies de sureau noir par exemple doivent être mûres et de préférence cuites avant consommation. En effet, il ne faut pas les consommer crues car il y a des risques de troubles digestifs de type diarrhées et vomissements, surtout chez les personnes fragiles.

Par ailleurs les graines de ces fruits contiennent des toxines. Ainsi, mieux vaut les manger sans avaler les graines.

Alexandra Retion rappelle enfin : "Il faut prendre des précautions pour les personnes fragiles, notamment les femmes enceintes. Attention à bien penser à laver vos fruits avant de les manger et à les éplucher pour éviter le risque de toxoplasmose et de listériose, maladies particulièrement dangereuses pour le fœtus."






afriquefemme
"Il n'y a pas d'âge pour les consultations gynécologiques" a déclaré Dr Abdoulaye Diop, gynécologue obstétricien au micro de leral.net. La tranche d'âge qu'il consulte le plus, explique Dr Diop, c'est de la "puberté à la ménopause". Pour la blouse blanche, la population doit être éduquée sur le comment fonctionne le corps. " Il faut qu'il y ait une éducation des femmes par rapport à leur système génital, aux organes génitaux, aux règles, aux troubles du cycle, etc" a t-il prescrit. Une mission que mène Dr Diop sur les réseaux sociaux où il anime des foras de discussions.
Avec ces astuces, vous pourrez grignoter sans avoir peur de grossir !
Que ce soit pour se distraire d’une envie gourmande ou pour satisfaire une vraie sensation de faim en s’assurant qu’elle ne revienne pas de sitôt, toutes les techniques sont dans notre classement d’astuces vous pourrez grignoter “au calme” sans grossir !

Boire BEAUCOUP d’eau
En remplissant l’estomac, l’eau donne l’impression d’être rassasié. Le tout est de boire régulièrement dans la journée : cela diminue la faim sur longue durée. Vous pouvez ajouter un peu de citron dans l’eau, c’est sans calories et revigorant.

Prendre un petit déjeuner équilibré
Les aliments suivants pouvant être consommés au cours du petit déjeuner et permettre une limitation du petit creux de la fin de matinée sont les produits laitiers, lait, fromage blanc ou yaourt, les fruits ou jus de fruit, une tranche de jambon, et du thé ou du café ou du ainsi que du pain ou des céréales et des matières grasses en quantité modérée, comme le beurre ou la margarine. Prendre plutôt du café ou du thé, en limitant la consommation de sucre. Le Lait, yaourt, fromage blanc ou du fromage sont conseillés.

Manger lentement
Si on prend son temps pour manger, on donne au corps la chance de capter le signal de satiété que nous envoie le cerveau. On dit que ce signal met de 15 à 20 minutes à se manifester. Selon des études récentes, manger vite double les risques d’obésité.

Prendre des fruits en cas d’envie
Les fruits vont permettront de calmer votre faim. Mais attention à certains fruits comme la banane qui sont beaucoup caloriques. Vous pourrez consommer à volonté des pommes et des pamplemousses. La pomme est un très bon coupe-faim par exemple. Elle contient peu de calories et gonfle dans l’estomac créant une sensation de satiété. Le pamplemousse vous Pour varier les plaisirs, sachez que le pamplemousse a les mêmes qualités, tout comme les légumes crus.

Prendre un chewing-gum en attendant le repas
Le chewing-gum permettrait de repousser la sensation de faim après le repas et de réduire la charge calorique de la collation suivante. Par ailleurs, si l’on mâche un chewing-gum après le repas, on a ensuite moins envie de sucré.

Se brosser les dents
Ça n’a l’air de rien, mais se brosser les dents après le repas envoie un signal au cerveau indiquant que le repas est terminé.






ayanawebzine.com

Dans une étude sur la situation du Cancer dans le monde, publiée par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), des chiffres alarmants ont concerné le Sénégal. Le Docteur El Hadji Seydou Mbaye, qui est membre associé de la Société Mondiale de Virologie, qui a partagé une partie de ladite étude avec la rédaction PressAfrik, révèle qu'il y a plus de 30 000 cas de décès dus au Cancer et que les 20 000 cas pouvaient être évités avec l'application de programmes adapté...


Dr El Hadji Seydou Mbaye: "30 000 personnes sont mortes du cancer au Sénégal, ces 5 dernières années" (Docteur)
Au Sénégal, le nombre de nouveaux cas de cancer est estimé à 8.361, avec 6.141 cas de décès en 2015. En 2025, l’incidence est suspectée de croître à 11.541 nouveaux, cas avec 8.410 morts imputables au cancer. Le taux de cas de cancer continuera à augmenter à 16.226 nouveaux cas d’ici 2035, avec 11.541 décès si des mesures préventives ne sont pas largement appliquées. Pour résumer, il y a eu plus de 30.000 cas de décès dus au cancer ces cinq dernières années au Sénégal malgré toutes les stratégies politiques, alors que plus de 20.000 cas de décès pouvaient être évités avec des programmes adaptés malgré nos ressources économiques limitées.

Selon le Centre International de Recherche sur le Cancer, des politiques doivent être mises en œuvre de toute urgence afin de développer d’effectives et d’abordables approches à la détection précoce, au diagnostic et au traitement du cancer du sein et du col de l’utérus chez les femmes des pays en développement. Il est critique de donner les taux de morbidité et de mortalité actuels avec les récents progrès de ces dernières années dans la plupart du globe.

Pour participer aux nombreux efforts consacrés à la lutte contre cette maladie, je viens de concevoir un programme mondial contre le cancer, adapté pour tous les pays à faibles ou moyens revenus. Il est composé de 91 articles de recherches scientifiques publiés aux États-Unis par le prestigieux journal “Journal of Virology and Mycology”. Je compte, dans les prochains jours, détailler ce généreux programme qui pourrait sans doute inspirer les décideurs afin de mieux relever les défis que nous impose la lutte contre le cancer.







pressafrik

La région de Kaffrine a enregistré des contreperformances dans le secteur de la santé et de l'action sociale en 2018, a déploré, lundi, le médecin-chef de la région, docteur Mamadou Moustapha Diop. " Le paludisme est passé de 6 pour 1000 en 2017 à 12 pour 1000 en 2018. Le taux de prévalence du VIH/Sida est passé de 5% en 2017 à 9% en 2018. Dans dans le domaine sanitaire, la région de Kaffrine a connu des contreperformances pour l'année 2018", a déclaré le médecin-chef, faisant aussi remarquer une augmentation de l'hyper-tension artérielle. Docteur Diop s'exprimait en marge de la revue annuelle conjointe (RAC) dans le secteur de la santé et de l'action sociale.


Kaffrine : Le taux de prévalence du VIH/Sida passe de 5% à 9% en 2018
Si vous voulez tomber enceinte, évitez ces choses!
Vous êtes prêts à concevoir un joli petit bébé ? Bravo! Lisez d’abord ces conseils.

Lubrifiants
Les lubrifiants empêchent les spermatozoïdes d’arriver jusqu’à l’ovule. Il faut donc absolument les éviter, ainsi que la salive. Elle est très acide et endommage le sperme. Que faire si vous ne pouvez pas utiliser de lubrifiants ? Prenez votre temps : certaines femmes ont besoin de 15 à 20 minutes et de longs préliminaires pour être prête. Inutile de leur faire mal!

Certains médicaments
La prise d’ibuprofène peut avoir une incidence sur la fertilité féminine. Cet effet est réversible à l’arrêt du traitement. C’est pourquoi, l’utilisation d’ibuprofène est déconseillée chez les femmes présentant des difficultés à tomber enceinte (ANSM 2014). Il est donc à proscrire si on éprouve un besoin de grossesse. D’autres médicaments contre l’acné, l’épilepsie ou l’hypertension peuvent aussi interférer. Si vous voulez un bébé, parlez-en à votre médecin qui vous donnera la meilleure des solutions.

De grosses quantités de caféine
Certaines études ont démontré que la caféine pouvait avoir une influence négative sur l’ovulation de la femme, même si les scientifiques ont encore du mal à le comprendre. Pour être prudente, évitez de boire plus d’une tasse de café ou plus d’un verre de coca par jour.

Les toxines dans le poisson
Les poissons gras (Aklouagnoulan, marquereaux, Appolo) sont très sains : ils sont pleins d’Oméga 3 ! Mais ils peuvent contenir des toxines, pesticides, hormones et du mercure. Ce dernier métal, très nocif pour l’organisme en grandes doses, peut être dangereux pour le futur bébé. Contentez-vous de manger une portion de poisson par semaine et évitez les poissons « prédateurs » : ceux qui mangent d’autres poissons comme le maquereau.

Choisissez plutôt de manger du hareng, du saumon ou des sardines.

L’alcool
Tout le monde le sait: l’alcool est très dangereux pour le bébé. De plus en plus de gens dédramatisent l’effet de l’alcool sur le fœtus de nos jours. Pourtant, l’alcool peut causer une fausse-couche à lui tout seul. Chez le bébé, il peut provoquer un syndrome sérieux qui handicapera l’enfant pour le restant de sa vie. Un verre peut changer la vie de votre bébé et la vôtre, alors posez ce verre de rosé tout de suite !

Les cigarettes
La nicotine rend l’ovulation plus difficile et, est mauvaise pour la santé. De plus, il est déconseillé de fumer pendant la grossesse car le bébé reçoit de grandes quantités de CO2. A la naissance, il peut aussi être très petit ou être en sous-poids.

Certains produits chimiques
La plupart des produits de nettoyage domestiques contiennent des substances toxiques pour la fertilité. Dans beaucoup de dissolvants, de parfums, de produits nettoyants, on retrouve des phthalates : des molécules qui gardent le parfum dans les lessives par exemple. A éviter !

Le stress
Si ça fait un petit moment que vous essayez de tomber enceinte, vous aurez surement entendu quelqu’un vous dire : Relax et ça viendra. Même si cette petite phrase peut être énervante, elle est plutôt vraie ! Le stress affecte l’hypothalamus et l’hypophyse: ces glandes qui régulent nos émotions, notre appétit et… les hormones ! Ce sont ces petits organes qui vous font faire ovuler ! Quand vous êtes stressée, vos jours d’ovulation peuvent arriver plus tard ou même pas du tout ! Le tout est de se relaxer et d’avoir des relations sexuelles tous les 2 ou 3 jours pour être sûre de ne pas rater l’ovulation. On conseille d’aller consulter quand on essaye d’avoir un enfant depuis 1 an (6 mois si on a plus de 40 ans)





bafricaine.com
1 ... « 2 3 4 5 6 7 8 » ... 50