leral.net | S'informer en temps réel

Macky Sall aux leaders de Macky 2012 : «Le sondage m’attribue 54%, mais je veux plus»

Dans on opération de rabibochage avec ses alliés frustrés, ses anciens compagnons dont le moral est bas, le président sortant Macky Sall a reçu, au cours d’une journée marathon samedi dernier au Palais, la coalition Macky 2012. Comme dans une séance d’exorcisme, les leaders se sont dits des vérités pour «huiler» la machine électorale de Macky Sall en direction de la Présidentielle du 24 février 2019. Déjà, déclare-t-il à ses hôtes: «Voici un sondage crédible qui m’attribue 54%, mais nous devons avoir plus».


Rédigé par leral.net le Mardi 28 Août 2018 à 15:43 | | 0 commentaire(s)|

«Qui veut voyager loin ménage son monture» dit-on, et en route vers la Présidentielle, le chef de l’État s’approprie cet adage. En effet, depuis plus d’un mois, Macky Sall enchaîne les audiences politiques avec ses alliés, ses militants frustrés, ses fédayins désabusés et ses premiers supporters déçus. Samedi dernier, il a reçu pendant toute la journée (11h/19h), la coalition Macky 2012 conduite par son coordonnateur, Moustapha Fall Thié. Il avait reçu brièvement ses alliés de la période des vaches maigres il y a de cela quelques jours, mais son agenda chargé et les nombreux sujets à discuter ne permettaient pas de lever en quelques minutes toutes les équivoques.
Il avait dès lors promis une journée entière pour «vider le contentieux qui grippe la relation depuis le départ progressif de tous les ministres estampillés de Macky 2012 (Ibrahima Sall, Awa Marie Coll Seck) du gouvernement.
En bon stratège, le patron de l’Apr ne veut pas engager la bataille de sa réélection avec une armée estropiée. Battant le rappel des troupes dans une séance cathartique où chacun s’est librement exprimé et sans crainte, le leader de Synergie nouvelle s’est montré très critique. Ainsi, s’exprimant en Wolof, Mohamed Diagne a indiqué que la coalition Macky 2012 est le parent pauvre de Benno Bokk Yakaar puisque en termes de rétribution, elle est la plus mal lotie. «Denga Tibbal Apr, Yekkal Benno, Sarax Macky 2012» (Vous avez accordez la part du lion au Bby et l’Apr et la portion congrue à la coalition Macky 2012). Une phrase de choc qui a fait tilt dans la tête du chef de l’État. Ce dernier a tenté de se justifier en invoquant par exemple les Aly Ngouille Ndiaye, Zahra Iyane Thiam et Lat Diop, jadis membres de Macky 2012, même s’ils ont rejoint en définitive l’Apr. D’après les sources de «L’As», le directeur de la formation au ministère de l’Éducation s’est offusqué du départ d’Ibrahima Sall de la tête du ministère de l’Éducation et de son remplacement par un socialiste alors que l’Afp tient le ministère du Commerce depuis 2012. Quid de la présidentielle? Il se dit sûr de la victoire de Benno. Mais pour ce qui est de Thiès, la recette de Mohamed Diagne consiste à demander au chef de l’État de miser double sur les nouveaux quartiers avant d’exhorter «les autres leaders de la commune de Thiès à gagner chez eux». Bref dans son analyse, Mohamed Diagne se dit convaincu que Thiès est prenable et que seuls quelques bastions restent encore fidèles au président de Rewmi pour des raisons sociologiques. «Idrissa Seck n’est soutenu que par ses parents dans les vieux quartiers de Thiès. Il a été Premier ministre et avait fait nommer 12 ministres dans ces quartiers», aurait-il dit au chef de l’État d’après des sources de «L’As». Quand au leader de Gueum Sa Bopp, Maodo Malick Mbaye, il pense que le chef de l’État devrait s’impliquer personnellement pour gagner certains départements, notamment Thiès. «A Dakar, Thiès et Tivaoune, il faut votre implication personnelle», aurait-il dit non sans expliquer au chef de l’État qu’à Thiès, il faut une gestion distincte de la ville et du département déjà dans l’escarcelle du pouvoir. Le Dg de l’Anamo note toutefois qu’il y a des notabilités neutres qu’il faut impliquer «pour le poids social et électoral» qu’ils représentent dans la cité du rail.

«Restez à Dakar et Thiès, c’est là où se trouve le vivier électoral».
Très relaxe dans son allocution, le chef de l’État a tenu à apporter des réponses claires à ses hôtes qui lui avaient soumis un programme d’activités. «Qu’est-ce que vous allez faire au Fouta? Là-bas c’est déjà plié, il faut plutôt rester à Dakar et Thiès. C’est là où se trouve le vivier électoral. Il nous faut gagner à Thiès», insiste-t-il. En réalité, croit-il savoir, Benno Bokk Yakaar peut bien remporter le scrutin à Thiès. Mais faudrait-il que tout le monde s’y mette. Brandissant un document, il livre les secrets d’un sondage «objectif» lui attribuant 54% des suffrages exprimés. «on va gagner, c’est sûr mais il le faut avec la manière. Je ne voudrais pas gagner avec moins de 55%. Il nous faut plus», a martelé Macky Sall visiblement sûr de sa réélection dès le premier tour au soir du 24 février 2019. Au finish, Macky 2012 rentre dans les rangs et promet de mouiller le maillot.
toutinfo (L’As)